Derrière le mur des impatiences

25.4.20

Cette flaque dans la cour, fenêtre ouverte sur la terre mais aussi miroir du ciel, me défie de sortir.

Absence qui se fait trop présente, elle est la phrase du manque, la parole qui ne vient pas.

Il ferait beau dans la rue, derrière le mur des impatiences, si seulement on n’y attrapait pas la mort.

Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...