Glouque

29.5.20

On s’est fait une langue,
dans les livres bien sûr,
à l’école aussi, cette gangue
des plaisirs d’enfant. 

Mais que dire de nos patois aimés,
parents de guingois
qui parlaient mauvais français.

Que retenir aujourd’hui
de cette poire « glouque »
que ma grand-mère désignait 
pour dire le fruit pourri ?

Que c’est joli dans la mémoire 
ces mots inventés pour dire 
tout ce qui disparaît.

Dans le même tiroir

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...