On compte les absents sur la jetée

10.7.20

Les heures, ces bouées 
auxquelles on s’accroche 
pour penser nos jours,
les faire voler sur les vagues. 

Et quand vient le soir
on compte les absents sur la jetée,
pièces mouvantes d’un puzzle 
trop grand pour nous. 

Nous restent l’écume, le vent
et les ellipses molles 
que l’on imagine prouesses
à noter dans la boîte à souvenirs.

Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...