Dimanche

22.7.18

Tracer un trait à la verticale de l’horizon,
pour couper ciel et mer en quatre.

Laisser l’œil s’agiter dans un des carrés,
entre l’oiseau et son ombre sur le mur d’en face.

Goûter le sel sur le bord de la fenêtre
en regardant le vent jouer avec les rideaux.

Vouloir saisir les ailes d’un papillon
puis finalement s’endormir entre deux vagues.


Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...