L’instant imprévisible

26.7.20

La vie tourne en frôlements 
près d’un ventilateur fatigué. 

On entend les bruits quotidiens
comme assourdis par la chaleur. 

Des idées traînent leur vacuité 
dans la torpeur de l’été.

On pense que plus rien ne viendra 
troubler l’épuisement des heures. 

lorsque un air de piano s’échappe d’une fenêtre
et pique une onde de fraîcheur sur nos peaux. 

L’instant était imprévisible comme l’est un frisson.

Dans le même tiroir

NOUVEAU

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...