La Piscine - à la surface comme en eaux profondes #LaPiscine @revuelapiscine

La Piscine (c) Louise_imagine
Dans ma mémoire, ce sont Romy Schneider et Alain Delon alanguis sur la margelle, des plongeoirs à planche élimée par le temps, des sourires et des éclats de voix, de l’enfance rabattue dans les eaux, le silence aquatique après un plongeon ou encore les oreilles bouchées et le nez plein de chlore. C’est La Piscine. La revue que nous allons vous présenter au printemps prochain sera la mémoire de cinq personnes. Mémoire photographique, olfactive, textuelle, sensuelle, sexuelle… Mais aussi le présent de ces cinq mêmes âmes, ce qui nous fait vibrer en arts plastiques ou en littérature. Ce sera un reflet de la parole contemporaine à la surface comme en eaux profondes.

23 juillet 2015, à la Cyprière j’ai rencontré une Piscine.
Un chemin caillouteux difficile d’accès sur les hauts de Montpellier. Une clairière avec de hauts cyprès. Ma voiture décélère et cherche la vie dans un paysage solitaire. De hautes herbes viennent chatouiller les roues. Ça racle dans le dessous et m’éclaire le dedans. Cet endroit a une âme planquée dans l’abandon. Une maison est plantée au centre du terrain, cadenassée dans ses deux étages et surplombée d’une terrasse inaccessible. L’escalier extérieur est détruit. La maison est en travaux. Je cherche un regard et ne trouve que la cime des cyprès pour dépasser l’émotion. En contrebas, j’entends des voix. Philippe et Louise m’attendent et me font signe de la main. Installés au bord de la piscine à la seule lueur de ses lampes multicolores, nous allons passer la nuit à imaginer l’endroit, les gens dedans, la création, la parole, les lectures, les expositions, les manifestations. Nous créons la revue graphique et littéraire : La Piscine.

Le lendemain Isabelle et Alain plongent avec nous dans le projet.
Les idées fusent et la Piscine s’empare de nous. De l’eau jusqu’à la taille, nous sommes aujourd’hui dans le petit bassin à préparer le 1er numéro. Nous souhaitons une revue de qualité, cela va sans dire, qui reflètera cette nuit de juillet et nous emportera - nous et vous futurs auteurs et lecteurs – vers le grand large avec pour horizon le reflet de la création d’aujourd’hui.

La Piscine sera déclinée en diptyques et présentée pour une lecture tête-bêche par des créateurs et des auteurs du web-littéraire un peu renversés du bocal.
Des diptyques en opposition pour éclairer le lecteur comme pour le questionner, le divertir et l’interroger, l’émouvoir ou le choquer. De la matière aqueuse mais pas que : du vivant en photographie, du noir et blanc colorés, en lettres minuscules quelques chuchotis, en majuscules des poings gagnants ou à virgules et de l'art plastique en couverture et dans le dedans pour réchauffer nos eaux en basse saison.

Le comité éditorial sera composé des premiers baigneurs, à savoir :

Les événements ne sont jamais absolus, leurs résultats dépendent entièrement des individus : le malheur est un marchepied pour le génie, une piscine pour le chrétien, un trésor pour l'homme habile, pour les faibles un abîme.
La comédie humaine de Balzac
[ Honoré de Balzac ]

Liens :
http://www.revuelapiscine.com/
https://www.facebook.com/revuelapiscine
https://twitter.com/revuelapiscine
https://instagram.com/revuelapiscine/

2 commentaires: