Contrecœur


Je tiens le jour entre mes mains,
un regret un peu flou dans le creux.

Un air de violon échappé d’une fenêtre
lui joue une mélancolie douce.

Je serre les poings pour le retenir,
ressentir un instant ce qui fuit.

Entre les doigts et sous l’archet,
à contrecœur bât le tambour.

  • 15.9.18

Premier goût

Je vois passer les heures
dans la soupe du soir.

La cuillère plonge lasse
dans les grumeaux du ciel.

Mon absence se dispute
quelques mots sur la table.

Un oiseau glisse lentement
dans l’assiette du monde.

Dans son sillon un peu de sel
pour retrouver le premier goût.
  • 14.9.18

Parution de « L'instant à côté » aux Éditions du Cygne

Parution de « L'instant à côté » aux Éditions du Cygne. Le recueil est désormais disponible en ligne auprès de l’éditeur > http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-instant-a-cote.html

Extrait de la préface rédigée par Dominique Boudou :

Des rumeurs passent, venues de la ville. Voitures et motos dans les mirages. Cigales ou grillons au cœur des fatigues. Lampadaires comme des promontoires pour les mouettes égarées. Les trottoirs mêmes sont en sueur quand la rosée perle mal.
Puis la mélancolie rabat les vagues en lisière du chagrin. Les oiseaux sont pris en tenaille entre le ciel haut et le ciel bas. Il faudrait vivre pourtant. [La fenêtre même a envie de lumière]. Il faudrait saisir la langue étrangère de l’instant tout en répudiant [les joues du crépuscule] et [les peurs enfantines à l’heure du coupe-gorge].
Mais comment s’y prendre avec les plis et les déplis du visible, ses envers et ses revers ? Comment venir à bout du rouleau des questions ? Se croire poète suffira-t-il ?



  • 10.9.18

Rions


Dehors tourne à vide
sur un homme dans la rue.

Il rit tout seul assis
sur un banc de fer blanc.

Il rit bouche ouverte
pour que sorte la douleur.

Il rit sur une plaie aussi rouge
que le banc est blanc.

Jusqu’au moment où son oeil
retourne vers toi le malaise.

Jusqu’à cet instant où tu sais
qu’à ton tour il faudrait rire.
  • 8.9.18

Çà et là

Un regard se pose çà et là,
le long des accidents de l’âme.

Il accroche un espoir
au bout d’une ligne brisée,

construit un pont pour relier
quelques errances passées.

Rien de tout cela n’a de sens
sinon celui du chemin

où chaque blessure s’ajoute au vivant.
  • 7.9.18

Vieux chewing-gum

Une femme et son fils dans la rue. Ils marchent lentement. La mère traîne l’enfant à bout de bras. Elle voudrait accélérer le pas. Lui, il s’en fiche malgré l’angoisse blottie au fond du regard. Tous les deux ou trois mètres, il tape le sol avec la pointe de ses souliers. Il veut freiner l’allure imposée. Il se penche, ramasse un caillou, le porte à la bouche. La mère agacée tire sur son bras comme sur une corde. Ce qui a pour effet de faire basculer son petit corps mal assuré vers l’avant. Immanquablement, il tombe, crie, et cette fois, saisit un vieux chewing-gum dur comme une pierre et se met à le lécher. Une dizaine de minutes d’un tel manège et excédée, la femme lâche la main de son fils et le gifle.
Les visages échangent un long silence avant l’éclatement des pleurs.
La rue semble mal digérer l’agression. Le ciel se noie dans de longs draps d’ombres, le trottoir vacille, les voitures passent sans un bruit. L’enfant gémit. La mère reste figée à proximité d’un arbre, se laisse tomber finalement contre le tronc, baisse la tête. Le garçon se roule parterre, tape des pieds, hurle tandis que la rue souffre d’un léger tremblement. Les lumières aux fenêtres frémissent puis s’éteignent, le vent se tait, le ciel est désormais planqué derrière la honte. Rien ne sera plus pareil. Le souvenir de l’enfant gravé contre un tronc d’arbre. Chaque fois qu’il sera convoqué, il aura le goût poussiéreux d’un vieux chewing-gum. 

  • 1.9.18

Qui de sa main glisse

J’écoute le vacarme du monde
que l’on jette à tous les balcons,

le bruit incessant des voix
comme des bottes sur le pavé

mais j’entends aussi l’enfant,
la bille qui de sa main glisse,

ce petit rebond sur les carreaux,
cette harmonie infinie dans le chaos.
  • 30.8.18

De ce qui part

Il faudrait détendre les fils
où sont posés les entêtements.

S’accorder la patience sous la fatigue,
tirer un trait sur les ratés, recommencer.

Facile à dire tant on sait
ce qu’il y a de fierté sous la souffrance,

ce qui en nous ne lâche rien de ce qui part.

  • 25.8.18

Marche funèbre

Sur le dos d’un corbillard,
un éclat de lumière traverse la rue,

comme une mouche dans l’œil
après trop avoir regardé le soleil,

comme un regret flottant à la surface
d’une coupe de champagne,

comme un refrain entre soi et le monde
quand la nuit rentre bourrée de chagrin.
  • 24.8.18

Perdre la vue

Le regard file vers l’ombre,
suivant le vent sa marche libre.

Dans le balancement de l’arbre,
un vieux berceau apaise les peurs.

Mais sans répit la lumière revient
opérer de nouvelles saillies.

Elle est ce guide dans les limbes
– pourtant, je pourrais perdre la vue.
  • 22.8.18

Coup de rabot

Je bute sur une phrase
qui déplierait les angoisses,

qui opèrerait à cœur ouvert
les pensées les plus sombres.

Mais toujours l’œil regarde
ailleurs où la réalité domine.

Chaque jour un peu plus,
la ligne du temps rabote le verbe.

Chaque nuit un peu plus,
l’espace de la phrase se réduit.
  • 17.8.18

Entre deux tasseaux

Je regarde un coin de ciel
se découper entre les rideaux.

Un nuage qui s'effiloche
dessine une herse sur son dos.

Il faudrait caler cette déchirure
entre deux tasseaux

pour éviter qu’elle ne tremble
sans cesse au-dessus de ma tête.
  • 12.8.18

Mauvaise fille

Après la baignade, la rue se change dans un de ses coins sombres. Elle laisse tomber sa serviette entre ses jambes. Dévoilant ses courbes, elle enfile rapidement une culotte de rechange. On la voit plus tard, entre chien et loup, longer la plage en tordant son maillot de bain pour l’essorer. Elle a de l’allure notre rue à ainsi déambuler en petite culotte, les seins à l’air. Elle s’en fout du qu’en dira-t-on. De toute façon, tout le monde dit déjà que c’est une mauvaise fille, notre rue. À toujours se faire rôder par la nuit, à tourner avec des voyous autour des lampadaires, maquillée comme un faubourg bobo, aguichant tous les chemins qui passent avec son air de grande avenue. Mais on lui pardonne tout. On sait d’où elle vient. Sans père ni mère, elle a été adoptée par une sale ruelle qui l’a très vite laissé tomber pour partir avec un boulevard bourgeois de la ville. Elle s’est faite toute seule, comme on dit. Elle en a mordu du bitume. Alors, elle peut bien montrer son cul. Ici, on ne lui en veut pas.
  • 11.8.18

Rendez-vous

L’oeil cherche un refuge
dans le décompte des heures.

Avant le repic, l’aiguille hésite
sur l’horloge du clocher.

Ce moment ne compte pas,
laisse croire à une éternité

que déjà la paupière sursaute
au dernier coup de midi

comme un rendez-vous raté.
  • 11.8.18

Rempart

Je garde encore près de moi
les gestes maladroits de l’enfance.

Un doigt ripe sur le cuir
et la boucle des lacets file.

Un chemin pris à l’envers
et le monde fuit sous les pieds.

Un baiser manque une joue
et la caresse fait mal.

Mais pour rien je n’en changerai.

Ils restent le rempart
à trop de certitudes.
  • 8.8.18

En crabe

La rue tenait son rôle de rue quoi qu’il advienne. Celui de faire circuler les gens dans un ordre que l’on aurait pu croire aléatoire alors qu’en définitive, la rue calculait tous les déplacements. La preuve en était que les accidents, du moins pour les piétons, étaient très rares. Même serrés sur les trottoirs, face à face et en marche avant, chacun savait ce qu’il devait faire. Descendre ou monter au bon moment sans que cela ne demande de calculs préalables. De la même façon, nous nous croisions sans problème, nos épaules étant téléguidées pour se tourner soit à droite, soit à gauche en fonction du mouvement effectué par notre vis-à-vis. La rue nous guidait et c’était chose commune de dire que personne jusqu’à présent ne s’en était plaint. On observait bien de temps à autre quelques accrochages mais sur le nombre de croisements réussis, la proportion d’incidents graves demeurait insignifiante. 
Tout cela était très bien jusqu’au jour où l’on assista à un dérèglement de la circulation piétonnière inédit. Ou pour être plus précis, un dérèglement des piétons eux-mêmes. Ils se mirent soudain à marcher en crabe. Non seulement de côté donc mais aussi à reculons et les bras écartés. La rue ne sut plus comment s’y prendre pour réguler un tel trafic. Tourner les épaules, les bras ainsi écartés, ne résolvait plus aucun croisement, pire, cela provoquait des collisions en chaîne qui faisaient chuter une à une chaque personne s’aventurant à croiser quelqu’un sur le trottoir. Monter, descendre n’était pas non plus chose facile tant l’envergure de chaque individu s’était multiplié par deux voire par trois. Il en résultait que les bras débordant du trottoir se faisaient embarquer par le flot des véhicules. Ce fut le chaos pendant plusieurs semaines où la rue n’arrivait plus à compter le nombre de chutes mortelles ni celui des amputations des membres supérieurs. 
Bientôt, plus personne en capacité de marcher dans la rue ne possédait de bras. Manchote, circulant de côté et à reculons, la rue dut s’adapter à cette nouvelle population. La nature toujours reprenant ses droits, peu à peu, elle trouva de nouveaux repères. Monter et descendre du trottoir sans bras fut au début un peu difficile tant l’équilibre était précaire mais, paradoxalement, débarrassés de l’envergure gênante des individus, les croisements sur les trottoirs s’en trouvèrent facilités. Si bien que chacun à nouveau se croisa comme au bon vieux temps où l’on marchait de face et en marche avant.
  • 5.8.18

Dans le miroir

Face à ce visage d’automne,
au plus près d’un instant choisi,
mon oeil fixe sa mémoire dans le miroir.

Le chemin a jeté tant d’orties sur sa peau,
de boutons de neige dans ses cheveux,
de silences profonds sur ses lèvres,

tant de pièces du puzzle éparpillées
sur la surface du souvenir,
de pensées prisonnières
d’un indémêlable écheveau,

qu’il est devenu impossible d’en raconter
l’histoire sans inventer un monde
où les miroirs n’existent pas.
  • 4.8.18

Tambour battant

Parfois ce sont de vieux visages
qui viennent trembler à la fenêtre.

Sans prévenir une autre image
remplace le cadre du réel.

Un soleil pour ces autres
sous un mirage qui les brouille.

Des anciens, des oubliés
revenus de l’œil de la machine,

tambour battant la mémoire.
  • 29.7.18

Tout est (presque) réuni

Tandis que mon regard
s’ennuie du ciel,

un homme sur le toit
regarde passer un oiseau
entre deux antennes râteaux,

un avion à hélices
dégomme le silence
en dévissant une étoile oubliée,

une cheminée à col haut
sort de la brume
pour vidanger la nuit.

Tout est réuni pour iriser l’oeil
hormis ce grand nuage gris
en forme de hangar à soucis.
  • 27.7.18

Rorschach

J’étale les couleurs sur la toile cirée,
comme un enfant en mal d’inspiration.

Un dessin dégouline.
Une tache de Rorschach ?

Une ombre sous les yeux
mange un visage vert et bleu.

Au milieu un sourire
me la fait à l’envers.

Il manque le ciel
la maison, les fenêtres parfaites
et la porte avec pelouse allongée sur le seuil.

Tant mieux.
  • 26.7.18

Dimanche

Tracer un trait à la verticale de l’horizon,
pour couper ciel et mer en quatre.

Laisser l’œil s’agiter dans un des carrés,
entre l’oiseau et son ombre sur le mur d’en face.

Goûter le sel sur le bord de la fenêtre
en regardant le vent jouer avec les rideaux.

Vouloir saisir les ailes d’un papillon
puis finalement s’endormir entre deux vagues.

  • 22.7.18

Un détail

Je retiens du jour au moins un détail,
un rien dans un courant d’air
qui aura la prétention de n’être
que d’aujourd’hui.

Un bol ébréché contre un coin de table,
un voile noir dans ton regard,
une pensée de mort mal digérée,
un beau poème à peine entamé.

Pas grand chose en somme
mais qui mis bout à bout
sonne comme un aveu coincé
entre deux portes.
  • 21.7.18

Cahots heureux

Je m’accroche à ces migrations
pendulaires dont les rotations
vont du jour à la nuit.

Mon souffle se cale sur des cahots heureux
entre deux saillies d’ombres
puis la voie reprend sa lumière sale

tant il est rare que
le train du rêve arrive à l’heure.
  • 16.7.18

Vieux silences

Alors que le jour déplie sa fatigue,
l’heure bleue monte et murmure
comme une casserole sur le feu.

Elle convoque
de vieux silences
plongés dans l’eau des pâtes.

Un souvenir aussi bouillonnant
qu’une larme d’enfant
cherchant un cil où se poser.
  • 8.7.18

Entre les dents

Tout semble s’être figé.

Le ciel au-delà des ombres
place la lumière au plus haut.

L’œil oscille entre les mensonges
soutenant le matin et son cœur gros.

Fier d’avoir l’orage entre les dents,
personne ne déchiffre les craintes.

Il faudra tenir tout le jour
la mâchoire serrée.
  • 4.7.18

Charge utile

Je soupèse la régularité des jours
pour en connaître la charge utile,
pour tenter de voir ce qui se trame
derrière ces dates de péremption.

Je n’y trouve que des regards
adressés à un chemin passé
qui cherchent encore ce pays secret
où la mémoire est en train de s’écrire.
  • 30.6.18

Mention

Certains jours j’attends
qu’on trace un contour
autour des choses.

Qu’un étranger dessine
un récit sur le paysage
où chaque arbre flâne.

Que tout ombre raconte
l’envers du décor
comme une seconde peau.

Une histoire simple,
sans intrigue
ni dénouement.

Pourvu qu’à la fin
on y trouve une page vide
avec mention de tous les silences.
  • 24.6.18

Ein ballon

Un gros ballon rebondit. Rebondit comme s’il n’avait jamais cessé de faire autre chose que de rebondir. Je le vois arriver, rebondissant, rebondissant, d’une autre rue vers ma rue. Je le vois traverser en dehors des passages cloutés, sans regarder ni à droite ni à gauche. Une voiture l’évite de justesse. Le voilà maintenant qui rebondit sur le muret du jardin voisin. Une fois, deux fois puis se stabilise, rebondit sur place de plus en plus haut, de plus en plus vite. Les piétons descendent du trottoir pour le laisser libre à son rebond, à ses rebonds qui le font désormais ressembler à un de ses mobiles artistiques mus par une force cinétique, de cette énergie qu’on a du mal à appréhender parce qu’elle n’est pas issue de quelque chose qui nous est immédiatement reconnaissable, comme peut l’être le carburant quand on voit circuler un véhicule à moteur, ou le pédalage lorsqu’on aperçoit un cycliste sur son vélo.
Non, ici, le ballon agit seul sans stratagème ingénieux de balancier qui le ferait se mouvoir par l’action des seules lois physiques et le génie de quelque créateur. C’est un simple et gros ballon en plastique de ce qu’il y a de plus répandu, arborant les couleurs de l’arc-en-ciel qui se partagent sa surface en segments égaux. Il rebondit sans cesse et il ne vient à l’idée de personne de taper dedans ou même simplement de le toucher, à la faveur d’un rebond à hauteur d’homme, afin de le dévier de sa trajectoire et d’enfin l’arrêter, quitte à ce qu’il finisse sa vie écrabouillé sous les roues d’une voiture.
Non, on le laisse à son perpétuel rebondissement comme si tout ça était normal. Ça me rend dingue, si dingue que je n’y tiens plus et me décide à descendre dans la rue pour aller voir de plus près de quoi il en retourne, bien déterminé à bouter ce ballon loin de ma vue, loin de la rue. Une fois le ballon et moi face à face, une musique tout droit sortie d’un film de Sergio Leone retentit tandis que quelques virevoltants traversent la rue devenue déserte et recouverte d’une terre ocre. De la sueur perle sur mon front, ma bouche se fait pâteuse, une soif terrible m’étrangle et le ballon rebondit toujours mais au ralenti, comme s’il me défiait. Je tente un coup de pied mais je le rate et me fracasse les orteils contre le muret. À cet instant, sort du jardinet un homme grand et blanc qui ressemble à s’y méprendre à Vladimir Poutine et, d’un accent que je ne saurais reproduire ici, me dit : « Tu laisses le ballon rebondir, OK ? C’est MA coupe du monde ! ». Juste le temps de lui répondre d’un timide « Da… » qu’enfin le réveil sonne.
  • 23.6.18

À qui sourire

Une rasade de soleil dans le café
et toute la parole s’exile.

Peu de mots viennent à moi
pour espérer la rejoindre.

Un courant d’air me surprend,
une onde plate au niveau du sourcil.

Je cherche dans le ciel trop bleu
une insouciance à qui sourire.
  • 19.6.18

Le cri

Aujourd’hui, il me semble que la rue me répond. Que mon cri jusqu’alors passé sous silence resurgit du bitume par l’intermédiaire d’une voix qui me ressemble mais qui reste étrangère. Il s’agit d’un cri que j’ai vraiment lancé mais qui retombe maintenant comme s’il ne m’appartenait plus. La rue l’a rendu anonyme, lisse, impersonnel ou plutôt l’a recraché sans vergogne après l’avoir mâché des années dans sa bouche. Ce cri avec d’autres ont donné naissance à la langue de la rue, rugueuse comme celle d’un chat de gouttière ; bien pendue, baragouinée par tout le monde, criée si fort et depuis si longtemps que plus personne ne la reconnaît comme la sienne.
Mon cri s’est tordu à force d’être rabattu. Il n’en reste qu’un borborygme qui s’insinue dans chaque poche de la rue. Combiné à des sons gutturaux aussi indigestes que des bruits de tuyauterie, il fait partie d’une nouvelle langue nauséabonde pareille à l’eau usée des caniveaux. Pétri par la voix de multiples individus, il est ce filet de mots sans saveur, sans caractère qui, par les tuyaux, rejoint d’autres cris parmi d’autres eaux usées parmi d’autres rues.
  • 16.6.18

Dans le revers du silence

Une faim s’installe sur un nuage
en forme de plat de résistance.

Je me range dans le revers du silence,
dans ses plis où rien n’assiège le ventre.

Une goutte de pluie s’épuise sur la fenêtre,
lentement avale le trop de poussière.

J’entends les gargouillis du temps,
il faudrait arrêter d’écrire seul.
  • 15.6.18

De son soleil fragile

Un ciel bas promène un chagrin,
longe les bords d’une mélancolie

sans jamais la toucher de peur
d’en apercevoir l’épaisseur.

Une brume lumineuse se débat,
apaise l’œil de son soleil fragile.

L’espace est mince pour en tirer
une joie sans se sentir redevable.
  • 12.6.18

Sinon ce ciel

Une ouverture dans le regard
où quelque souvenir affleure.

Sous la peau fine de la paupière
crépite une mémoire rouillée,

un vertige qui est vite battu
par la moisson du jour.

Rien d’important sinon ce ciel
où se dessine encore ton visage. 
  • 10.6.18

Tâcheron

Il pourrait y avoir de l’eau
à la place des mots

que je n’en serais pas plus sec
face au trop à disperser.

Pourtant sous l’arbre où je m’abrite,
je sens venir un à un

une brigade au garde-à-vous
talons creusant la terre.

Écris fixe, semblent-ils me dire,
au tâcheron viendra le flot.
  • 9.6.18

Ce qui ronge

Des murs se dressent contre le vent
alors qu’un chien aboie mollement
aux premières gouttes de pluie.

Au bout du ciel tu entends l’écho
filer sur l'embarras des nuages,
tu sais ce qui ronge l’orage.

Une onde remplace le vent
par une pierre au fond d’un puits,
tu sens l’eau éroder la margelle.

Tu n’as plus l’âge de sauter
pieds joints dans les flaques,
seulement l’œil qui l’invente.
  • 6.6.18

L'autorue

Une jeune femme à côté d’un chien. Le trottoir les promène dans un sens puis dans l’autre. Ils glissent sans bruit. Le chien parfois espère s’arrêter pour un besoin élémentaire mais il est emporté par le sol qui défile sous ses pattes. La jeune femme, elle, ne tente même pas de résister.
Je ne sais pour quelles raisons la rue est devenue autonome comme un tapis roulant. Déjà plusieurs semaines que je constate cela. La rue roule seule. Qu’elle porte sur son dos une jeune femme avec son chien ou toute autre personne ou animal. Même les automobiles sont devenues de simples mobiles sur une autorue. La mainmise que désormais la rue détient sur tout déplacement pose tout de même un sérieux problème de liberté. Par exemple, lorsque je sors dans la rue, inexorablement, du lundi au vendredi, elle me transporte vers mon lieu de travail, que je le veuille ou non, tandis que le week-end, elle marque toujours un temps d’hésitation ; elle doute de la destination vers laquelle elle veut me rendre puis essaye toutes les directions, droite, gauche, revient sur ses pas, semble avoir perdu tout sens de l’orientation. Exactement comme elle balade en ce moment cette pauvre jeune femme et son chien d’un trottoir à un autre.

  • 3.6.18

Ricanement

Ce vol stationnaire
sur la vitre entrouverte
que le vent bouscule.

Cette danse sans filet
sous un ciel où le bleu
veut prendre des ailes.

Cet oiseau à l’œil froid
à l’envers du monde
qui ricane de nos réalités.
  • 2.6.18

Vous avez un message en attente

La rue se brouille. Un obstacle sur la voie empêche la circulation de vos automobiles. Nos équipes sont sur place pour résoudre l’incident. Comptez quelques retards aux abords de la ville. L’entrée principale est déjà saturée. Nous vous rappelons qu’une rue brouillée risque à tout moment de se couper en son milieu. Prenez garde aux enfants, aux personnes à mobilité réduite, aux personnes âgées. Des cordes sont à votre disposition aux bornes automatiques pour, le cas échéant, retenir les plus faibles sur le flanc de la rue. Attention : ne pas utiliser les trottoirs. Un préavis de grève des services de la voirie municipale court toujours sans qu’on puisse pour l’instant l’arrêter, ce qui entraîne également une instabilité des immeubles attenants aux dits trottoirs. 
L’équipe #InfoTrafic de votre rue reste à votre écoute jusqu’à 20h.
  • 31.5.18

Au prochain cillement


Tout est question de regards
lorsque la fatigue t’étreint.

Sous le langage des yeux,
se cache la poigne des jours.

Un silence cligne pour toi
sous les paupières du rêve.

Tout est réponse sur son chemin
– au prochain cillement, la paix.
  • 29.5.18