À tâtons

On entend un enfant à l’étage,
son rire courir dans la pièce,
puis l’eau couler dans son bain.

Quand le rire glisse vers les pleurs,
on sait la bouche pleine de savon,
la mousse dense qui pique l’œil.

On sait ces instants aveugles
à chercher à tâtons la main
d’une mère plutôt qu’une serviette.
  • 18.5.19

De nous

Et oublier
de nous
ce que nous sommes

De nous,
la singularité
passée à la trappe.

De nous,
ce qui fait joie,
légèreté et sincérité.

Déchirer le contrat,
recommencer.

15h43 #AuBureau
  • 16.5.19

Balancement

Toujours ce balancement
intérieur, extérieur.

D’une part, nos têtes vides
qui disent Oui bien sûr
et pensent Non vraiment.

De l’autre, la cime de l’arbre
qui dans son déhanché
dit à la rue Oui mais non

Calmez-vous.

16h32 #AuBureau
  • 15.5.19

Tsss Ouille Pong Floc Ouiii

Parler une langue
que tout le monde comprend
même si pour ce faire
on doit convoquer
borborygmes
et onomatopées
pour faire passer le message
Tsss Ouille Pong Floc Ouiii
et ne pas terminer ses...
Laisser le corps s’exprimer.

13h07 #AuBureau
  • 14.5.19

On joue

On joue des stores
pour ajuster nos humeurs.

On joue des épaules
pour garder nos places.

On joue des sourires
pour cacher nos douleurs.

On joue toujours
à être quelqu’un d’autre.

Tandis qu’autour,
on cherche en nous
ce qui n’est pas du jeu.

16h14 #AuBureau
  • 13.5.19

Quelque angoisse

Il y a des jours comme ça
où l’on voudrait juste caresser
le vent qui passe sur les nuages.
Faire glisser nos doigts
comme dans des cheveux fous,
pour calmer le ciel
et ses atermoiements.
Mais voilà quelque angoisse
nous impose ses règles,
nous laisse croire
qu’on ne sait pas voler.
  • 12.5.19

Un peu de soi

On a encore reçu
des pelletées
de vent
sur nos visages ouverts.

Cette année,
mai est une langue
gouailleuse
qui dévore tout nuage.

On aimerait
entendre nos voix
dans ce tumulte,
y glisser un peu de soi.
  • 11.5.19

Gogo

Il faudrait se rendre
à l’évidence et ailleurs,
un peu plus loin,
hors de nos zones intimes,
pour comprendre
que chacun ne se bat
que pour lui,
que l’unité « corporate »
prônée par certains
n’est qu’un instrument marketing
pour gogo élevé à trop peu
d’assurance de soi.

15h50 #AuBureau
  • 10.5.19

Regard perdu

Grands pins et lilas
par la fenêtre
balancent leurs longs bras.

Regard perdu
à fouiller leur ouvrage,
à la recherche d’inspiration.

Au dedans, les paupières expirent
sous les fausses collines vertes
des économiseurs d’écran.

16h37 #AuBureau
  • 9.5.19

Bonnes pratiques

Vous devriez vous référer
au guide des bonnes pratiques.

Le nouveau en version 6.1,
la 6.0 étant obsolète.

Les pratiques d’hier
ne sont plus les bonnes.

C’est noté mais sachez-le :
je suis souvent impraticable.

17h53 #AuBureau
  • 6.5.19

La couleur du jour

Le vent prend dans ses bras
les plis et replis de la mer.

La couleur du jour
pourrait être mauve
si on s’attardait
sur les couches de suie
laissées par la nuit.

La couleur du jour
pourrait être fauve
si on prenait le vent
dans nos bras,
si on le plaquait sur le sable.
  • 5.5.19

Si ce n'est

Mes pensées bougent
d’un coin à l’autre de la pièce.

Quelqu’un passe sur mon regard,
vague silhouette grise.

Le monde s’agite autour de moi
mais rien où fixer mon esprit.

Si ce n’est cette mouche prise
entre la vitre, la colère et mon souffle.

13h40 #AuBureau
  • 3.5.19

L'ombre qui grandit

Un rayon de soleil
sur le coin
d’un bureau vide

comme si on voulait
souligner l’absence :

Ici manque
un individu
à son poste

— regardez l’ombre qui grandit.

Empressez-vous
de la combler avant
qu’il ne soit trop tard.

16h15 #AuBureau
  • 2.5.19

Ondulation

Si on regardait les jours
défiler sous les arbres,

s’abriter des ombres
que les branches agitent,

ce serait rendre
nos vies plus rassurantes,

débarrassées de tous
les soleils qui aveuglent,

ici au calme précieux
de l’ondulation du temps.
  • 1.5.19