Fatigue

18.1.19

Je devrais porter ma fatigue
plus loin dans le bois,

l’abandonner aux arbres
au milieu d’une clairière,

au lieu de lui laisser une place
près de nous qui la dévorons.

Nous affamer pour l’oublier.

Dans le même tiroir

Dernière parution

Parution de « Les heures creusent » aux @EditionsDuCygne

Heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau recueil aux éditions du Cygne : Les heures creusent . Si on le retourne, on peut lire :...