Fin de l’an neuf

image Les fins d’années sont toujours propices aux bilans. Introspection profonde ou ballet inutile de projections non abouties. Toujours la même rengaine. Qu’est ce que j’ai fait cette année ? Suis-je allé au bout de mes envies ? Etais-je plus heureux cette année que les années précédentes ? J’en passe des meilleures et des exécrables, des plus ou moins constructives, des voulues subies voire des endurées défendues.

En définitive, quelle importance ! Pourquoi devrais-je me régler sur le calendrier ? Des jours, des mois, des années. Et alors ? M’installer ainsi dans une temporalité figée ne m’apporte pas grand chose si ce n’est la pression sociale de tirer des leçons et in fine de m’imposer des résolutions. Alors, point de bilan attendu sur une année pourrie appelant la suivante à régler tous mes problèmes empiriques.

Je préfère, rebelle dans l’âme, m’accorder des parcelles de bonheur bien plus fixantes dans mon esprit que l’amoncellement d’emmerdes qui me précèdent et me poursuivront. Les cheveux hirsutes de ma chérie au réveil qui s’épandent sur l’oreiller valent bien mieux qu’un bilan global des dettes épandues tout au long de l’année. Les rires de mes enfants éclatants sans que je n’en comprenne la raison n’ont aucune mesure avec ma déraison éclatante s’agissant des choses alambiquées de la vie. Et quand j’écris cela, j’enfonce des portes ouvertes qui me rassurent.

Je vis et c’est déjà pas mal. Je ne construis ni ne crée rien de tangible. Tout juste un acteur décalé pris dans mon intemporalité chevauchant une époque qui presse le temps, le compartimente, le dissèque plutôt qu’elle ne l’apprécie. Alors en ces derniers jours de neuf, j’ajouterai une unité à mon demain parce qu’il faut bien suivre les grégoriens. Rien.

Une histoire cocasse

[ Du rêve à la réalité ] Tous semblent m’avoir oublié. Je me sens étranger à toute cette agitation. Mon cauchemar s’insinue encore entre mes neurones engourdis. Mon mètre quarante ne me permet pas de suivre les conversations. Je ne perçois qu’un brouhaha qui me survole, entrecoupé de léchages de babines avides et d'évanescentes déglutitions de vin. Je m’ennuie et l’assemblée s’en moque.

Bastien nous rejoint brandissant son cadeau comme un trophée. Sa joie tranche avec la mélancolie qui m’étreint. Petit diable bondissant, il se faufile entre les jambes des convives et déverse son allégresse à grands renforts de cris stridents. Ma sœur l’accueille dans ses bras pour partager son bonheur de recevoir. Le cadeau déjà déballé s’étale sous ses yeux faussement éberlués. Quel emportement pour un vulgaire teddy-bear ! Cette mise en scène théâtrale m’interpelle. Elle en fait trop et ça se voit.

Quelques baisers parcimonieux plus tard, Bastien retombe des bras de ma sœur. Il déambule encore un instant agitant sa bête poilue à la taille des adultes hautains. Chacun lui décroche un sourire contraint. Ne semblant pas percevoir le simulacre, il finit par s’asseoir à mes côtés sur le grand canapé. La peluche ventrue – superbe offrande d’un mini-barbu invisible – est désormais pressée sur son petit corps.

Alangui sur la tête de l’ours, Bastien recherche la lueur de Noël dans mon regard éteint. Je le sens prés de moi, interrogatif sur cette apathie incongrue. Pour lui et seulement pour lui, je me redresse et remonte à l’étage pour découvrir dans le paquet jaune le cadeau du mini-barbu. Dans l’escalier, l’angoisse de mes chimères nocturnes me rattrape. Les questions qui me taraudent depuis la veille au soir repassent dans ma tête. Qui est cet homme, ce mini-être censé surgir du sol et qu’on ne voit jamais ? Pourquoi personne ne prête attention à ce personnage fantasmagorique ? Pourquoi ai-je la sensation d’être comme lui, un personnage invisible pris au piège d’une terre inconnue ?

Arrivé sur le palier, je suis à nouveau seul dans ce grand couloir jonché de noir et de blanc. Une crainte inexplicable s’empare de moi. Mes yeux se brouillent. Le sapin lumineux devient flou. Ma tête tourne. Des sueurs froides viennent cristalliser mes jambes tandis que mes tempes gorgées de sang tambourinent d’effroi. J’avance péniblement pour me saisir de mon cadeau emprisonné dans son papier enrubanné d’or. Le noir, le blanc, le noir. Plus rien. Plus aucun cadeau au pied de l’arbre.

Le nez au sol, je viens de m’écrouler. Mon visage sur les carreaux froids, mes yeux sur les rainures qui les séparent, un trou béant ouvre le passage du mini-barbu. Tout au fond, un petit être nu relié à un cordon de chair. Des yeux globuleux, une peau fine et translucide, son corps frêle baigne dans une solution aqueuse agitée. Il se débat, tourne et retourne sur lui-même comme pour s’extraire de sa bulle carcérale. Je n’entends aucun bruit mais sa bouche entrouverte semble crier le désespoir. C’est certain, ce sont bien des hurlements à la vie, sourds, inaudibles, vains.

Je me retourne brusquement. Allongé sur le dos, je respire profondément et m’extirpe de cette torpeur. Mon malaise n’aura duré que quelques secondes. En bas, dans le salon, les rires fusent. J’entends ma mère déclamer une histoire. Une anecdote pour elle. Un évènement pour moi. Ces mots résonnent en moi comme une explication à mes nébuleuses. Je n’étais pas encore là. J’étais en elle, prisonnier de sa terre nourricière et, lorsqu’elle montait sur la table de la cuisine, j’étais encore en paix dans son cocon protecteur comme un cadeau pas encore déballé. Ce n’est que lorsqu’elle sautait à pieds joints de la table pour choquer le sol que la tempête faisait rage. L’assemblée redouble d’hilarité. Maman voulait écourter une grossesse non-désirée. L'histoire est cocasse. Une gestation qui finit par me mettre au monde. J’aurais pu comme le mini-barbu ne jamais percer la terre, ne jamais voir le jour et rester ainsi un personnage invisible dont tout le monde parle sans jamais l’avoir vu. Un trou béant au pied d’un sapin.

Du rêve à la réalité

image [ la veillée ] Mon rêve est étrange. Je me confonds avec le mini-barbu. Je suis chahuté et ballotté de toutes parts dans une curieuse cavité sombre. Je tente de percer. J’essaye de m’extraire, d’émerger de ce cauchemar. Comme l’histoire de Bastien, je suis tout petit. Liliputien. Comme dans son récit, je pousse avec vigueur une terre pourtant meuble. Mais en vain. Je m’époumone silencieux et manque cruellement d’air. Paradoxe, quand le roulis cesse de me donner des hauts le cœur, l’endroit est doux, chaud et accueillant. Il y règne une température idéale. Ce cocon, solution pourtant fangeuse, m’emplit de sérénité. Prisonnier mais à l’abri, je me complais à barboter. Pourtant, je le sais, il faut que je sorte. Sortir et grandir reste inéluctable.

La voix grave et forte de mon père me réveille en sursaut et m’extirpe avec douleur de ce songe troublant. Dans mes draps froissés, encore enveloppé dans ma nuit agitée, je suis en nage et ne distincte pas encore la réalité du rêve. La maison est désormais parée de tous ses invités. Les hautes paroles mêlées résonnent dans le salon comme un rappel à la vie. Aujourd’hui c’est Noël et tout ce beau monde se le souhaite bon et joyeux à grands renforts de phrases convenus. Je me lève péniblement encore sur l’emprise de cette captivité étouffante. Les yeux voilés et les cheveux ébouriffés, je sors de ma torpeur par le grand couloir.

Au bout, le sapin. A son pied, une myriade de cadeaux a été déposée. Par qui, comment ? Sur le carrelage, comme je m’y attendais, aucune trace de percée du mini-barbu. Le sol est propre. Les carreaux sont toujours alignés. Noir, blanc, Noir, blanc. Une parfaite symétrie. Le mystère demeure entier. Je soulève quelques paquets. Le grand rouge avec les étoiles d’or puis le petit bleu décoré d’une dizaine de mini-barbus stéréotypés. Sur le troisième, un jaune de taille moyenne avec un ruban argenté, mon prénom est inscrit au feutre bleu. Je souris et le repose soigneusement prés de l’arbre majestueux.

Je reste un instant immobile devant ce parterre de présents. Bastien déboule comme une furie et se glisse sous le sapin. Il fait sauter un à un tous les cadeaux à la recherche des étiquettes portant son prénom. Surexcité, il accompagne ses découvertes d’onomatopées trop bruyantes pour moi. Encore englué dans mes nuées matinales, je préfère descendre au salon rejoindre ma famille endimanchée pour l’occasion. Tous se tiennent autour de la grande table de fête où sont rassemblés tous les mets de circonstance. Le foie gras côtoie les huîtres fraîchement ouvertes tandis que le vin blanc et son homologue rouge passent de mains en mains pour faire descendre les bouchées gargantuesques de nos invités. L’assemblée m’accueille avec grand bruit. Mon oncle, ma tante, mon père, ma mère et ma sœur pris dans une allégresse convenue, m’interpellent tour à tour. « Et bien, il est midi ! Il était temps que tu lèves ! ». Et les rires éclatent, les minauderies stupides s’étalent.

Je m’assois sur le canapé. Le regard vacant, je reste circonspect devant ce spectacle déroutant. Les discussions d’adultes reprennent. Je n’y comprends rien. Autour de moi, Le ballet incessant des verres me donne le vertige. Les plateaux de toasts me survolent. L’odeur du saumon mêlée à celle aigre du vin qui se répand dans leurs gosiers me donne envie de vomir. Tous semblent déjà m’avoir oublié.

A suivre.

Je suis un Hérault

image

Mon « métier » me réserve parfois des moments de bonheurs infinis. Parmi ceux qui m’emplissent de joie, il y a la visite régulière à la préfecture. Plantée au centre de ma ville, trône une magnifique bâtisse à la façade ocre. Le drapeau bleu blanc rouge flottant, la grande porte cochère, ses deux vigiles et son serpentin de barrières pour y accéder, tout y est. Nulle doute, l’antre de la bureaucratie régionale est bien ici.

Passé les détecteurs de métaux et la fouille corporelle aléatoire, je me retrouve devant le distributeur de tickets. Trois boutons : le premier de couleur verte indique « cartes grises ». Le deuxième, rouge « cartes de séjour » et le troisième marron délavé affiche ostensiblement la mention « caisse ». Etant en situation régulière et n’ayant pas l’intention de décaisser un seul centime, je choisis naturellement le bouton 1.

Une fraction de seconde aura suffit pour que sorte, sur un papier thermique blanc, mon laisser-passer pour l’eldorado administratif. Paradis de la délivrance certifiée qui s’incarne dans les guichets G, H ou J. Trois portes d’accès pour que ma demande d’immatriculation soit prise en compte. Un coup d’œil sur le ticket, un autre sur l’afficheur digital d’un mètre carré trônant au centre de la salle d’attente. 653 sur l’un, 617 sur l’autre. 36 personnes attendent leur tour avant moi (cf. image).

Passablement agacé, je m’assois sur le banc le plus proche et tourne mon ticket nerveusement. C’est pratique, il est mentionné l’heure à laquelle je suis arrivé. 11h39. C’est prévenant comme annotation. Souvent, lorsque je sors d’un tel lieu, j’ai conscience de la longue durée passée mais je ne sais jamais avec précision combien de temps s’est écoulé. Cette fois, je vais savoir. Je pourrai définir cela à la minute prés. Non content de penser au temps volé à leurs usagers, l’administration est courtoise et dispose d’un accueil très chaleureux. Pour preuve, sous le logo de la préfecture, figure en toutes lettres « Bienvenue au service cartes grises ». Autant de bienveillance me tire presque une larme à l’œil.

A côté de moi, un homme d’une trentaine d’années trépigne. Son pied gauche fait des ronds. Ses mains se croisent puis se décroisent. Entre-temps, il les porte à sa bouche pour ronger un ongle ou deux. Percevant son angoisse, sensation qui nous réunit, j’engage la conversation. « Vous avez quel numéro ? ». J’ai conscience que ma question doit être celle qui résonne le plus dans cette salle froide et grise. « 652 ! » me répond-il crispé en recrachant un bout d’ongle qui rebondit sur le banc d’en face. « Ah ben ça alors, j’ai le 653 ! ». Il ne bouge pas d’un cil, n’esquive même pas un sourire. Je me tais et retourne à mon étude du ticket.

« Préparez votre dossier en attendant votre tour ». Un peu qu’il est prêt mon dossier ! Et s’il ne l’est pas encore tout à fait, il y a encore vingt personnes devant moi qui vont me laisser toute latitude pour le peaufiner, mon dossier ! Je vais pouvoir relire les formulaires, cocher les éventuelles cases manquantes et bien classer les pages dans le bon ordre. Très important le rangement des documents pour éviter de faire perdre son temps à l’agent qui va me recevoir, debout, devant une fenêtre en plexiglas.

648 ! La tension monte. Je crois que j’ai le trac. C’est con mais je ne le sens pas. 649 ! J’ai les mains moites. Et s’il manquait un document ? L’horreur ! 650 ! J’en peux plus. J’ai chaud. Quel va être MON guichet ? G, H ou J ? 651… 652 ! L’homme aux ongles décomposés se lève et empoigne le guichet H puis se ravise. Ce n’est pas le bon. Visiblement en panique, il glisse d’un pas chassé agile vers le guichet G. Ouf, j’ai eu peur pour lui.

Plus que quelques minutes et c’est à moi. Tu le tiens, ce guichet, arf, tu le tiens ! Vas-y ! N’aie pas peur ! Tu es grand ! Tu es fort ! Tu peux le faire.

653 ! Victoire ! J’y suis ! L’enregistrement prend deux minutes trente. Je regarde mon ticket puis ma montre. Deux heures et onze minutes se sont écoulées. Vive la république, vive la France !

La veillée

image [ le mini-barbu ] Je suis le benjamin de la famille. Dix-sept ans me séparent de ma sœur aînée et quatorze de ma sœur cadette. Je suis donc le dernier de la fratrie à croire encore au père Noël. Charmant mensonge qui parcourt les siècles et que tout parent s’astreint à maintenir le plus tard possible, même pour les enfants comme moi survenus trop tard et par erreur.

Maman a rejoint papa dans le salon. Elle le réveille sans ménagement. Je l’entends grogner depuis l’embrasure de ma porte. Je me tiens accroupi, les mains au sol et les yeux emplis de sommeil. Malgré la fatigue qui m’étreint, je surveille. Par chance, ma chambre donne directement sur le grand couloir au fond duquel trône le sapin. C’est là que le mini-barbu va jaillir de la terre pour que la métamorphose magistrale s’opère.

La maison s’endort. Posté dans la chambre d’à côté et après m’avoir soutenu dans cette aventure par quelques chuchotements excités, Bastien semble s’être endormi derrière sa porte. Déjà deux heures que je fixe les guirlandes clignotantes, seules lumières persistantes dans le sombre couloir. Les petites lampes scintillent dans une cadence parfaite et éclairent les trois premières rangées de carreaux noirs et blancs. Je suis aux premières loges pour le spectacle. Maintenant allongé, ma tête repose sur le sol dur et les ronflements de papa à l’étage me bercent lentement. Les illuminations du beau sapin se brouillent, s’estompent et finissent par disparaître. Je m’endors.

Un grand fracas me fait sursauter. La lumière du couloir se répand sur le seuil de ma chambre dans une couleur blanchâtre aveuglante. Il fait déjà jour. J’ouvre péniblement les yeux tandis que ma mère pousse brutalement la porte de ma chambre qui vient heurter mes genoux repliés. Elle me découvre avec stupeur, me prend par le bras et me remet dans mon lit. Tout est allé très vite. Je n’ai pas eu le temps de jeter un œil vers le sapin. Les bruits continuent. Le ballet monotone et ordinaire du matin.

J’entends les pas lourds de papa dans l’escalier, la machine à café qui siffle puis le tintement des petites cuillères dans les tasses. Impossible de me rendormir sans savoir. Il faut que je voie si le pied du sapin s’est garni de cadeaux. Et surtout si le sol garde des stigmates de la percée du mini-barbu. Maman va et vient dans le couloir, s’affaire sûrement aux préparatifs du repas de midi. Je ne peux plus me glisser hors de mon lit pour lorgner à la porte. A coup sûr, elle m’entendrait et me flanquerait une correction.

Je ferme les yeux et j’imagine. Peut-être Papa va-t-il, après son petit-déjeuner, combler le trou béant laissé par le père Noël. Il sera alors trop tard pour vérifier les dires de Bastien. Je me trouverai une fois de plus sans explication plausible. J’aurais beau posé la question, je n’obtiendrai aucune réponse tangible, comme d’habitude. Je me ravise. Mon neveu m’a expliqué. Il est minuscule, c’est un lilliputien. La trouée doit être imperceptible à l’œil nu. Malgré mes cogitations, je finis par me rendormir et me mets à rêver.

Tout petit, microscopique. Une percée, une déchirure, un éclat qui surgit. Puis, je grandis. Trop vite. Personne ne me voit. Un accident, une perforation. Je suis tout petit et je perce. Est-ce que j’existe ?

A suivre.

Le mini-barbu

image Il est vingt heures trente. Comme tous les soirs, maman s’active dans la cuisine. Papa somnole devant la télévision. Je suis entre les deux. C’est à dire dans le couloir en compagnie de mon neveu. Bastien est certes mon neveu mais je ne fais pas oncle du tout. Seulement trois petites années nous séparent si bien que beaucoup nous prennent pour des cousins. Maman a du croiser par hasard Papa dans ce même couloir huit ans auparavant et ainsi donner naissance à un beau bébé imprévu. J’apprendrai plus tard qu’on appelle cela un accident ou plus vulgairement une perforation de capote.

Bref, nous sommes le 24 décembre et nous voilà joyeux enfants à se réjouir de l’arrivée prochaine du papa Noël. Il fait froid dans ce grand couloir. Le sol carrelé de noir et de blanc est glacial. Déjà demi-heure que nous traînaillons à plat ventre sous le majestueux sapin vert. Avec comme seules protections nos pyjamas rayés, nous lézardons entre les carreaux de faïences à la recherche d’un indice. Il est convenu que la cheminée flamboyant de mille feux, le vieux à la barbe blanche ne peut passer par son conduit. Nous avons également écarté le grenier. L’accès est beaucoup trop étroit pour l’embonpoint du bonhomme. Les volets sont fermés, la porte d’entrée verrouillée. Mais par où va-t-il passer ?

Une seule possibilité : le sol. Bastien m’explique. Sa théorie est précise et étayée. Le père Noël n’est pas ce grand gaillard corpulent et solide comme la croyance nous l’impose. Au supermarché, c’est bien connu, ce sont tous des faux, des acteurs m’explique-t-il. J'accepte volontiers cette thèse car j’ai déjà repéré deux pères Noël dans la galerie marchande du « Mammouth ». En fait, il est tout petit, renchérit Bastien. C’est un lilliputien. Comme les nains de blanche-neige ? Encore plus petit ! Il est minuscule ! Mon neveu appuie ses doigts sur le sol, l’index et le pouce serrés mimant la petitesse du barbu. La démonstration de mon petit gars de cinq ans s’emballe. Les explications deviennent abracadabrantesques. Ainsi diminué, le père Noël surgirait de la terre et non du ciel. Point de rennes, ni de traîneau, pas plus que de clochettes. A minuit précise, tel une taupe, il pousserait la terre de ses deux petits poings, se glisserait entre les jointures du carrelage pour pointer son nez pile poil sous le sapin. Par la force de l’arbre solennel, une puissance fantastique le ferait grandir instantanément dévoilant dans le même temps sa hotte remplie de cadeau.

Maman sort de la cuisine. Toujours étendus sur le sol, les coudes plantés soutenant nos têtes pensives, nous scrutons les rainures entre les carreaux. Ce n’est pas possible. J’interpelle ma mère et lui déroule l’histoire de Bastien. La petitesse de ce personnage si fantasmé me remplit de désarroi. Je ne peux pas croire. Maman sourit puis ordonne de nous lever. Nous regagnons sagement nos chambres. Sans dire un mot et d’un clin d’œil complice, Bastien et moi décidons de veiller toute la nuit à l’affût de la transformation du père Noël. Nos portes respectives entrebaîllées, nous patientons.

A suivre.

feedback

image Il m’est revenu, comme souvent ces derniers temps, le souvenir de l’enfant que j’ai été, que je suis encore parfois… C’est souvent dans les moments les plus inattendus que la force de ces retours en arrière se fait la plus vive.

Ce soir, je roule tranquillement vers la maison, un brin fatigué et les enfants avachis sur la banquette arrière végètent. Etonnamment calmes, ils rêvent les yeux ouverts. Je tourne le rétroviseur intérieur pour les observer. Je découvre le regard de Camille figé sur la route, pensive. Je m’étire pour apercevoir Clara. Les jambes repliées, elle se sert de son coude comme soutien à sa tête lourde. Je n’arrive pas à voir Arthur. Trop éloigné de mon champ de vision. Nous arrivons, descendons de voiture. Et je trouve mon garçon étrangement assis, les pieds sur l’appui tête, sa tignasse méchée frottant largement le tapis de sol.

Dans ces instants, après l’agitation de la journée, tout semble se confondre. A les voir tous les trois prés de moi, me revient subitement le souvenir de papa à bord de sa 404 Peugeot. Le rétro, le même presque. Son regard tendre dans le reflet, identique certainement. Ses yeux qui me cherchent furtivement, un semblable roulement de pupilles. Nous marchons vers la maison. Je suis maintenant à quelques mètres derrière eux. Je marche sur leurs traces ou bien est-ce l’inverse. Moi, leur papa. Et lui, le mien, me suit toujours.

Bruno Maman - dans tes yeux complément de Anna de Sandre


Le challenge #jolimot de @17ruedesarts

Fin septembre, “17 rues des arts” lançait le challenge #jolimot sur twitter. Le but : tweeter son joli mot pour que artistes, auteurs, dessinateurs et photographes en herbes illustrent le joli mot de son choix afin d’établir un recueil, d’abord en livre numérique puis en édition papier.

Aujourd’hui est lancée la première épreuve de cet ouvrage collaboratif. Le challenge est toujours ouvert et je vous invite, vous aussi, à choisir votre #jolimot dans la liste que vous trouverez sur l’article ad hoc. Un nouvel appel à #jolimot sera lancé début janvier pour compléter et finaliser cette belle compilation.

Les quatre premiers #jolimot ci-dessous sont :

- “Turlupiner” proposé par llezo et fredonné par arf.
- “Souris” proposé par Binoome et pixé par Amit K Baboa.
- “Embarbotter” proposé par marie_bulle et emmailloté par  Mélie.
- “Maroufle” proposé par tmansuy et croqué dans les bulles de patchouli.


Source : le livre virtuel des #jolimot Twiter : @17ruedesarts

Je ménage ma monture

image A l’alacrité de la vie se heurtent sournoisement les obligations diverses à remettre au lendemain, celui même qui deviendra le surlendemain d’avant hier. La vie d’un loup solitaire est ainsi faite, tout ce qui n’apporte aucun plaisir immédiat est remis aux calendes grecques, voire universelles si tant est qu’on se cale sur l’heure atomique.

Dans la catégorie des choses dont la procrastination m’étreint, subsiste une des plus ténues : le traitement par divers agents nettoyants et assouplissants des effets censés me donner une allure sociale bienséante. En d’autres termes plus laconiques : la lessive.

Cette nécessité de vie imposée pas les lois de notre nature moderne me force de temps aux autres à laisser tomber mes activités purement divertissantes. Le passage à l’acte se fait en plusieurs étapes.

La première consiste à y penser un peu. Tiens, il faudrait que je fasse ma lessive car je ne peux plus entrer dans ma salle de bains. Le panier à linges vomit entre autres mes caleçons usagés et barre ainsi ostensiblement ma route.

La seconde étape résout la première. Si je veux garder une hygiène acceptable ne serait-ce que pour mon chat, il faut dégager le passage. Le panier à linges atterrit donc dans le cellier, impasse inhabitée et poussiéreuse de ma demeure.

La troisième étape est celle de la culpabilité. Entre le moment où la solution temporaire est trouvée et le moment où mes effets sont de retour près de la baignoire jonchant le sol de façon anarchique, le calme « procrastinatoire » s’est installé. Alors survient l’instant où glisser sur une chaussette peut s’avérer dangereux. Hormis cet inconvénient de sécurité domestique, se déclenche également, dans mon encéphale de sauvage, la lueur prochaine de ma progéniture débarquant dans la maison. Pour eux, pour moi, il convient alors de passer à l’acte traumatisant tant repoussé.

C’est avec une force incommensurable donnée par les dieux de la paternité que je rassemble mes divers costumes sociaux ainsi que les habits de mes enfants. Alourdi par trois ou quatre sacs, je me dirige péniblement vers la laverie automatique. Les yeux révulsés par le supplice enduré, le corps endolori par la pénibilité de l’acte, j’enfonce et presse le tout dans le tambour. Je m’assois devant la machine à laver et sonné, je fixe longuement la circonvolution frénétique de mes secondes peaux. Après un retour tout aussi pénible (voire plus, le linge mouillé devient un véritable fardeau), j’étale l’ensemble de mes effets afin de les admirer sécher à la chaleur de mon antre.

Je m’assois, me déshydrate, me ré-alimente. Je peux désormais reprendre une activité normale.

Billet initialement publié chez Jeanne dans le cadre des vases communicants. Au passage, allez découvrir son projet fabuleux de librairie ambulante.

Les coulisses d’Arnaud – la démystification

image Pris par une grippette A de série B, j’en ai oublié de vous conter les tribulations complices des coulisses d’Arnaud.

Entre la jungle de Banghok, les bars fétides de Montréal et la vie paisible et rassurante de Marsillargues, se trame une histoire à ne pas piquer des vers… mais plutôt des vies. Et ce depuis maintenant 28 jours ! 28 jours que je supporte la mauvaise humeur et l’odeur numériques de Jeff le gros, que je ressens les piqûres de moustiques du pays d’adoption de Gwen, que se mélangent les heures dans ma tête quand j’en entends un ronfler comme un ours à 11h du matin et l’autre s’endormir alors que Claire Chazal n’a même pas refermé son journal.

Comment voulez-vous que je garde ma santé physique et mentale dans de pareilles circonstances ? Je vous le demande.

Non, ne me répondez pas ! Je sais pourquoi. J’ai trouvé avec ces deux furieux du répondant à ma folie douce. Eux l’ont dure… la folie !

Ces deux frappés de la communication moderne s’évertuent à me faire croire que nous somme entrain d’écrire un roman sur facebook. Et vas-y que je te ponds du texte au kilomètre pour abreuver la bête assoiffée d’updates bleues et blanches. Au début, j’ai cru à leurs balivernes. A grand renfort de marketing viral, il m’ont amadoué avec des vidéos truquées, certainement volées sur youtube. Puis, le gros (c’est le plus coriace celui là) m’a collé une photo sur mon mur, faisant passer ce cliché pour la future couverture du roman best-seller que nous allions écrire tous en chœur ! Quelle bande de tarés !

Le drame, c’est que j’ai mis 28 jours à m’apercevoir de la mystification. Entre temps, ils m’ont fait commettre les pires choses de toute mon existence. Jeff, le machiavélique Jeff, ne m’a pas lâché d’une semelle, me martelant de centaines de mails tous les jours. SCRIPT JOURNEES A VENIR ! écrit en gras en « objet » et dans le corps du message, je découvrais une nouvelle horreur. Ma belle infirmière et son Samir carbonisés dans un accident de voiture. Mon copain de blog Philippe incarcéré puis retrouvé pendu sous un tas de plume. Mon brave instituteur Jean Lou lacéré à la gorge par un rabot de menuisier. La belle et talentueuse Nathalie joggueuse du bois de Vincennes étêtée par un sale cabot. Et j’en passe des rouges sanglantes et des très mûrement réfléchies. Bref, là, aujourd’hui, je vomis…

Mais s’en est finie de cette mascarade ! Je vous ai percé à jour bande de manipulateurs psychopathes ! Oui, tremblez Gwen catala et Jean François Gayrard. Comme au bon vieux temps où Vichy et Pétain régnaient en maître, je vais vous balancer, vous, ignobles personnages, perturbateurs de la douce mélopée des réseaux sociaux !

Je vous le dis tout net bandes d’ignobles anthropophages de l’identité numérique. Vous n’irez pas plus loin ! Que la génération Y se soulève contre ces usurpateurs ! Que tous me rejoignent pour que de telles abjections cessent et ne se reproduisent plus !

Liguons-nous ! Et comme moi, prenez votre courage à deux mains et cliquez sur : « Signalez un abus ! ».

image

Et le démon s'évanouit

Gérard n’en était certainement pas à son coup d’essai. L’histoire a pris fin comme elle avait commencé, dans une incompréhension réciproque. Lui, le quinquagénaire à tendance patriarcale, elle, la jeunesse prise dans l’étau de ses sentiments contrariés.

Barbara a modifié peu à peu ses rapports professionnels en relations ambiguës. Le patron qu’était Gérard était pour un temps devenu l’amant. Et cet amour combattu a fait fondre toute perspective de retour à la normale dans le petit atelier. Comment pouvaient-ils allier amour et collaboration au travail ? Sans surprise, l’ambiance s’est délitée. Elle, jouant de l’attraction sur son aîné. Lui ne pouvant répudier ses œillades manipulatrices.

Que pouvait-il advenir de cette relation impossible ? Rien, cela aurait été le mieux. Mais, la fierté de Gérard était atteinte. La fuite de l’aimée vers un garçon de son âge fut trop insoutenable. Le jeune homme s’est vu soudain affublé de tous les défauts. « Il ne la connaît pas, il n’a pas les épaules, ce godelureau » me disait-il sans détour. Gérard se mit alors à trouver toutes les bonnes raisons pour ne pas admettre son échec.

Barbara, quant à elle, douta de plus en plus de la valeur professionnelle de son directeur. Sa confiance jusqu’alors sans faille se ternit. Leur belle complicité affichée aux yeux de tous disparut pour laisser place au doute. Incertitude étayée par une subite détérioration de leur qualité de travail respective. Barbara et Gérard ne s’entendaient plus, au sens propre comme au figuré.

Dans cette ignorance devenue pesante, je fus à nouveau le témoin et le confident de Gérard. A l’aide d’allusions à peine dissimulées, il me demanda conseils à plusieurs reprises. Je ne lui divulguai aucun commentaire, pas plus que d’avis qui aurait pu le satisfaire dans cette descente d’hormones. Il tourna, révisa maintes fois ses positions sans vraiment prendre en considération celles de Barbara. Il avait été bon avec elle, c’est certain, mais aujourd’hui, la vexation et l’atteinte pugnace de son ego altéraient fortement son jugement.

Il y a deux semaines, Barbara déposa au bureau des ressources humaines une lettre de démission en bonne et due forme. Sans avertir Gérard, elle partit le lendemain. Avant de franchir le seuil de l’entreprise, elle vint me saluer avec dans les yeux le regret de cette histoire déchue. La belle s’est enfuie. Gérard ne m’a jamais plus reparlé de Barbara.

Le sevrage

Gérard se fourvoie Un peu agacé d’être pris à partie dans une histoire où personne ne veut vraiment avancer, je décide de laisser mon Gérard et sa Barbara dans leur névrose post-œdipienne. Nos rapports quotidiens se modifient alors rapidement et ne se résument plus qu’à de simples échanges professionnels. Je ne m’en porte pas plus mal,  chacun continue sa route : elle, dans son mutisme charmant, lui, dans sa confusion pére-amant et moi, dans ma satisfaction du triangle rompu.

Jeudi dernier, je rappelle à Barbara sa proposition concernant la petite chatte. L’anniversaire des jumeaux approche et mon impatience se fait sentir. Elle m’indique que le sevrage maternel n’étant pas encore terminé, il serait difficile de l’avoir pour la date prévue. Un peu contrarié mais conscient des effets néfastes d’un sevrage sauvage, j’approuve sa position et lui demande de me tenir au courant de l’avancée des choses.

Samedi, elle m’envoie un email. La chatonne est presque sevrée ! Je peux la récupérer dés que je veux. Je suis ravi de la nouvelle, m’empresse de l’appeler pour confirmer ma venue dés le lendemain. Elle profite de mon appel pour m’annoncer son déménagement ce week-end. Elle est enchanté de pouvoir me montrer sa nouvelle maison. Je suis surpris par cet engouement et cette proximité soudaine comme si nous étions devenus des amis de toujours. Notre enthousiasme commun pour les chats y est certainement pour beaucoup.

J’arrive vers 11h00 sur le bord de RN113 proche du village où vivent mes enfants. En contrebas, j’aperçois Barbara, le téléphone à l’oreille. Elle me guide depuis quelques kilomètres. Après quelques virages dans la campagne, je la rejoins dans un petit mas vétuste. Je l’embrasse et je la trouve immédiatement différente. Elle est gaie et arbore toujours son sourire persistant mais à la différence de nos autres rencontres, je n’y vois aucune malice, ni niaiserie. Elle est détendue, fraîche et disponible.

Elle m’invite à entrer dans son nouveau sweet home. Derrière la maison, sur la terrasse, nous attend un garçon d’une trentaine d’années. Elle me présente et j’apprends qu’il est son ami. La discussion s’amorce sur des banalités d’usage et tandis qu’elle me parle des bons soins à apporter à la chatonne, je pense à mon  Gérard. A la vue des deux tourtereaux tous deux perchés sur un nuage, je pense au fourvoiement dans lequel Gérard s’est enfoncé. Ils me proposent de boire une bière, j’accepte et nous passons un moment très agréable.

Je repars avec mon petit animal dans un sac de sport. Je n’ai pas eu besoin finalement d’avoir une grande discussion philosophique avec elle sur les tenants et les aboutissants de sa relation avec son manager quinquagénaire. Cette simple rencontre a fait la lumière sur l’histoire. Gérard peut retourner dans son foyer paisible, entourer d’amour sa famille et surtout maintenant, commencer à se sevrer de la belle Barbara.

Un Gérard ambigu

image Gérard n’a pas l’air en forme. Je le croise furtivement dans les couloirs sombres de notre entreprise. Un « bonjour », un « comment ça va ? » et nous passons avec dans nos regards respectifs, de l’interrogation pour moi, de l’envie de parler pour lui ; le moment ne se prêtant jamais à une discussion calme et réfléchie.

Mardi dernier, à l’occasion de la révision de son véhicule de fonction, nous voilà tous les deux sur la route en direction du garage. Je l’accompagne dans un autre véhicule et me perds dans des pensées post-prandiales puis, me recentre sur son histoire avec Barbara. Je ne sais pas pourquoi mais leur idylle tordue attise mon côté voyeur. Je décide donc, lors du retour, de m’enquérir des nouvelles de la belle et de la bête.

Nous arrivons au garage vers quinze heures. Nous patientons à l’accueil dix bonnes minutes en écoutant la réceptionniste de l’atelier détailler au téléphone ses histoires de cœur à sa meilleure amie. Je m’aperçois que mon Gérard se décompose sous mes yeux. Il est blême, visiblement fatigué. Je n’arrive pas toutefois à lui parler. Entre ses coups de téléphone incessants et la voix nasillarde de la demoiselle au babillage frénétique, la cacophonie empêche toute amorce de soutien ou de discussion. La pipelette raccroche enfin et daigne nous demander l’objet de notre présence. Je fais les papiers nécessaires à la prise en charge du véhicule et nous repartons très contents de savoir que Mireille s’est tapée Fred dans les toilettes du Macumba samedi soir.

Sur le chemin du retour, j’évoque Barbara dès les premiers kilomètres. Il reste évasif encore une fois, marmonnant dans sa barbe quelques « mouais » suivis de mots impénétrables. Je change alors de discussion et nous parlons de choses et d’autres. A nouveau du boulot, puis de sa sœur hospitalisée. Un froid. Nous relançons nos babillages sur la grippe porcine devenue mexicaine au bout de deux jours pour finir simplement par se voir affubler d’un « A » étrangement dénué de signification. Le sujet de la belle Barbara est sous-jacent. Nous avons envie de l'aborder mais aucun de nous ne sait vraiment comment s’y prendre.

Je coupe court à notre plate discussion et lance faussement énervé : « Et Barbara ! Bordel ! ». Un sourire, puis deux, puis il se lance dans un monologue inhabituel. Il me surprend avec une longue tirade sur l’inconscience de la belle, son immaturité, sur une pseudo histoire avec un garçon de son âge, sur l’incapacité dudit garçon à la rendre heureuse etc…etc… Je l’écoute, le regarde et je me questionne en silence. « Ne serait-il pas en train de se prendre pour son père ? »

Il se calme et je lui fais part de mon interrogation silencieuse. Il sourit encore et je pousse plus loin mon raisonnement. Je lui avoue mon inquiétude à la vue de ce sentiment d’amour contrarié. L'ambiguïté amant-père ou fille-maîtresse peut créer, de façon certainement inconsciente, une levée incestueuse dans leurs esprits. Je m’empresse de lui dire que mes propos n’engage évidemment que moi. Il ne dit rien. Il ne relance pas. Je me tais évitant ainsi de surenchérir sur ma psy de comptoir.

Nous arrivons au bureau et nos chemins se séparent. Barbara l’attend devant le portail du hangar. Leurs regards chauds se croisent. Je disparais.

Gérard doute

image J'avais laissé mon Gérard en fâcheuse posture. Cinquante années d'insouciance affective sont passées sans qu'un accroc ait déstabilisé son couple. Et voilà que l'amour ou l'attirance physique de la jeunesse le tiraille désormais jusqu'au plus profond de son cœur voire plus bas, vers l'entrejambes.

Quelques semaines se sont écoulées et j'ai cru l'incartade sauvage avec son employée, la belle Barbara, terminée et reléguée aux oubliettes des sentiments défunts. Que nenni ! Hier soir, vers 21h30, le téléphone sonne... Habituellement, à cette heure là, je ne réponds jamais. Passé 20h30, je considère toute intrusion dans ma bulle crépusculaire comme inopportune et presque indécente. Bref, je ne sais pas pourquoi, ce soir, je vois s'afficher son nom et je réponds.

Un peu gêné par cet appel tardif, Gérard hésite, balbutie quelques mots inaudibles avec une voix ronflante visiblement fatiguée. Je le rassure et lui garantis que son appel nocturne ne me dérange pas du tout, mais alors vraiment pas du tout. Il se décontracte en soufflant sur son combiné quelques bouffées de fumée. Il est dehors et arpente la rue avec son chien. Il profite de cet instant de haute solitude pour s'interroger et me donner des nouvelles de son idylle décevante.

Je le remercie et reste tout ouïe pour la suite que je pressens savoureuse et haletante. Il commence à flatter mon acuité innée s'agissant de difficultés amoureuses et poursuit en me demandant si j'avais perçu un changement de comportement chez Barbara. Je suis surpris par cette question sachant que je côtoie peu la demoiselle. Son désarroi est perceptible et en guise de réponse, je le questionne à mon tour sur l'évolution de leur relation. Platonique et ambigu sont les premiers adjectifs qu'ils me lancent dans un soupir exaspéré. Je demande alors s'il perçoit, lui, une modification de comportement qui pourrait laisser entrevoir une nouvelle ouverture, un retour en grâce de son attrait sexuel vieux d'un demi-siècle. Il sourit, rit même, mais cette euphorie soudaine sonne faux. J'imagine son rictus crispé, sa tête de chien battu au pied de son fidèle compagnon le regardant avec la même gueule d'homme abattu...

Je n'en saurais pas plus ce soir. Je lui propose de me rapprocher de Barbara et discrètement d'évaluer son état d'esprit, de cœur et de libido du moment. Il me remercie dépité du peu d'éléments que je lui ai fourni. Il accepte néanmoins mon approche de sioux des cœurs et m'invite à venir dés demain matin boire le café avec sa douce et, décidément, bien espiègle Barbara.

Arnaud à la fac de Lettres

La classe d'Arnaud - le roman d'Arnaud Sylvie, une fidèle de ce blog et lectrice assidue du Roman d’Arnaud enseigne à la faculté de Lettres de l'Université de Basilicate en Italie. Dans le cadre de ses cours, elle a repris des passages de notre marathon littéraire sur facebook. A l’occasion d'un module d'enseignement de français (50 heures), Sylvie s’est servie de nos textes publiés sur le calaméo pour décortiquer notre chère langue de Molière. Arnaud s’est donc invité à la table de jeunes étudiants italiens.

Sylvie, comment as-tu eu cette idée ?

Je souhaite faire exprimer et résumer ce que mes étudiants voient, lisent, et comprennent en Français. Je travaille sur l'utilisation des temps (présent, imparfait, passé composé), l'expression de la cause, l'expression temporelle dans le quotidien. Il m’a semblé intéressant de leur faire travailler des textes qui suscitent la curiosité et les intriguent. La littérature contemporaine est mon terrain de chasse favori, après la presse. Pour des raisons pratiques - va trouver des livres français dans ce coin du sud de l'Italie -, le web est mon terrain de chasse favori, le Roman d'Arnaud mon choix.

Comment s’est articulée ta présentation ?

Avant on travaillait une langue dans le texte imprimé sur les pages d'un livre. Là c'est dans un texte projeté sur un écran mais en éliminant le support papier, je lance l'élève dans une interprétation directe. J'essaie de rendre actif certains acquis. Pour l'instant, j'ai voulu susciter la curiosité. J'ai déjà mis un lien sur notre page facebook « j'écris, je parle... en français » il y a une dizaine de jours. Et puis il y a eu un devoir en classe et, hier, c'était la correction. Alors j'ai eu l'idée d'une présentation powerpoint, en utilisant la couverture du Roman d'Arnaud (ils l’avaient déjà vu sur votre page fan facebook. Ce qui était vrai puisqu'ils ont eu une réaction de connaissance) et en présentant sur 6/7 diapositives l'acte de parole et les règles linguistiques : Il n'y a rien, il y a un livre, c'est un roman, c'est le Roman d'Arnaud, c'est intrigant, c'est bien, ça fait peur. Evidemment, à la fin de mon exposé, la question : mais c'est quoi le Roman d'Arnaud ? Alors, j'ai rapidement présenté (avec les actes de paroles) C'est un roman en écriture sur le web. C'est écrit par des amis. Puis, en italien : c'est l'histoire d'Arnaud, un être difforme caché dans le grenier. Il s'empare de vos vies. Et pour inciter à aller voir et à lire : Il y a chaque jour une histoire qui se finit mal « Vous voyez la couverture ! Et il y a une plume blanche » Alors du fond de la salle, une voix : « ah! Ben! Je vais aller lire ! »

C’est intéressant ! Tu vas continuer alors ?

On a déjà continué sur la journée 3/40. J'ai commencé à lire à haute voix et je sais subjuguer, captiver, mon auditoire D'ailleurs, ils avaient la bouche ouverte et les yeux rivés sur l'écran alors j'ai connecté ordi-internet-écran. On est moderne ou pas ?! Ils ont exprimé : où vit Arnaud ? Que fait Arnaud ? « Il est dans vos pensées... » donc, officiellement, le Roman d'Arnaud est entré dans une salle de classe avec une analyse littéraire/linguistique: le corps et l'âme d'Arnaud, les adjectifs forts, l'utilisation des négations.
J’ai fait ensuite un petit sondage : Ils ont envie de le lire (une de l'acheter), d'en savoir plus sur ce « vous êtes dans mes pensées et mes rêves. Mais est-ce vraiment un bonne chose ? ». Le fait qu'il y ait l'accès par facebook, ça les botte !

Faculté de Lettres de l'Université de Basilicate : http://www.unibas.it/
La page fan sur facebook : j'écris, je parle... en français

Gérard s’emballe

image Barbara est entrée dans l’entreprise il y a peu. Jeune femme de trente ans, un look de garçonne mais néanmoins une jolie fille, elle porte toujours un regard timide sur les gens. Sa discrétion est appréciée et elle affiche inlassablement un sourire aimable. On l’a dit professionnelle, compétente et assidue. Gérard la glorifie depuis qu’elle officie sous ses ordres en tant que technicienne/assembleuse. Et de toute évidence, d’assemblage il est de plus en plus question.

Je le regarde, il me regarde. Un gloussement complice déborde. Je le complimente, clairement flagorneur, sur sa conquête de vingt ans sa cadette et tente de le détendre en plaisantant sur sa libido retrouvée. Il sourit, puis rit volontiers en ajoutant quelques commentaires graveleux proche de la misogynie. Il s’emballe et semble revigoré comme débarrassé d’un poids évident. Je ne le relance pas et l’écoute patiemment pour que cesse l’élogieuse escalade de sa virilité renaissante.

Il se tait enfin et son visage s'obscurcit à nouveau. Il hoche la tête et, sur un ton devenu grave, m’avoue être « raide dingue amoureux ». Je recule avec ma chaise et manque tomber de la petite estrade en teck rehaussant la terrasse de la pizzeria. Les deux moitiés de pizzas sont maintenant froides tandis que l’on peut voir clairement à travers la bouteille de Bordeaux. Gérard a la figure rosée et je ne me vois pas, mais la chaleur sur mon visage m’indique une couleur similaire. Il est 14h00. Nous sommes en retard.

Dans la voiture, de retour vers le bureau, il raconte tout feu, tout flamme, leur rencontre et leurs premiers ébats lors d’un voyage professionnel puis s’étend sur leurs « culbutes » répétées, un coup dans l’atelier, un coup dans la salle de réunion et un coup dans son bureau. Quelle forme ! Son discours est décousu, rapide mais je l’observe et il s’agit bien d’Amour. Gérard, cinquante ans, est une nouvelle fois amoureux. Il est heureux. L’homme puissant peut à nouveau briller de son sex-appeal, épater ses congénères, se rassurer sur sa beauté et se défaire auprès de moi de l’illégitimité culpabilisante de ses actes.

Arrivés devant l’entrée de l’entreprise, il me prend par l’épaule et me remercie chaleureusement de l’avoir écouté. Je le maintiens comme je peux pour éviter que nous traversions ensemble les couloirs en titubant. Notre soudaine proximité et les vapeurs d’alcool me gênent. Je m’écarte et lui souhaite une bonne après-midi avant de regagner mon bureau. Il me suit en me hélant. Je m’arrête, me retourne et le vois plaquer contre une cloison de son atelier, la tête baissée et les yeux clos. Le Bordeaux était bon mais un peu violent ! Je le rejoins pour m’assurer que tout va bien. Il marmonne quelques mots incompréhensibles, lève péniblement la tête et dans un râle dégoulinant en sanglots me lance : « ELLE ! La salope ! ELLE ! La salope ! ELLE ! Elle ne m’aime pas ».

Le démon de Gérard

image

Il est devenu presque un ami. Je le connais depuis un peu plus un an.. La cinquantaine, un air d’adolescent, un look improbable et malgré quelques positions arrêtées qui m’horripilent, le nouveau directeur de production à la faconde battante m’avait plu d’emblée. Le contact avait été facile dés le départ malgré la différence hiérarchique qui aurait pu imposer des distances de principe. Un regard simple sur les choses et quelques failles non dissimulées avaient fini par dresser le portrait d'un « homo-amicalus » qui, pas trop près de moi ni trop loin, me convenait.

Depuis, je le croise tous les matins devant la machine à café. Nous partageons les pauses cigarettes et nous déjeunons fréquemment ensemble. Là, avec plus de temps, nous parlons boulot et refaisons le monde entre un big-mac et une heineken. Une relation simple mais riche s’est installée tranquillement sans effort, ni grand jeu d’esbroufes entre nous.

Les jours passent et je m’aperçois, peu à peu, qu’il s’écarte non seulement de moi mais de l’ensemble des collaborateurs de la boîte. Dans un premier temps, je ne fais pas attention, habitué que je suis au genre humain et à de tels écarts dénués de sens. Il passe et repasse rapidement dans les couloirs, la tête baissée, semblant happé par son travail. Il nous salue tout le temps, mais ne s’attarde pas. Pour autant, un sourire nouveau est né sur son visage. Ce détail indiquant de toute évidence une humeur joviale, je ne m’inquiète pas plus que ça.

Quelques semaines plus tard, je le vois revenir lentement vers moi. Il prend de mes nouvelles et je fais de même. Nous discutons cinq minutes de tout, de rien et il m’invite à déjeuner pour le vendredi suivant. J’accepte et nous retournons à nos tâches respectives. Il repousse l’invitation trois fois. Je m’aperçois que celle-ci revêt pour lui une importance particulière et que l’embarras qu’il tente de me masquer lui dévore le visage.

Lundi dernier, la date enfin fixée, nous nous retrouvons à la pizzeria du coin. Comme je le pressentais, nous ne sommes pas encore installés à la table qu’il me demande s’il peut me faire une confidence. C’est le genre de question que personne n’esquive tant la curiosité fait partie de tout un chacun. J’acquiesce et il poursuit.

Je lis dans son regard comme de la honte ou de la gêne. Il bafoue, il hésite et je ne comprends rien à ce qu’il me raconte. J’essaie alors de le tranquilliser en le rassurant sur le silence que j’observerai sur ses propos à venir. Il se détend et se tait quelques secondes. Nos yeux se croisent et se parlent. Je sens qu’il est temps que je l’aide à préciser ses pensées confuses.

Une serveuse blonde un peu agitée du bocal déboule. Elle nous invite à choisir rapidement. Gérard commande deux whiskies glaces bien tassés. J’essaie de le stopper gentiment lui indiquant qu’un alcool aussi fort en milieu de journée risque de me faire basculer dans une quatrième dimension. Il ne m’écoute pas et ajoute deux « quatre fromages » et une bouteille de Bordeaux. La confidence qu’il s’apprête à me faire doit être de taille pour qu’il ait besoin d’autant de substances euphorisantes. La charmante jeune fille retourne à sa cuisine  en hélant le pizzaiolo et nous nous retrouvons dans le mutisme. Je délie ma langue le premier. Je lui lance quelques pistes afin qu'il reprenne ses esprits et déroule le fil de sa révélation. Je suis impatient. Je n’arrive pas à savoir de quoi il retourne et son malaise m'incommode.

Travail, santé, argent : après avoir écumer ces trois sujets récurrents de nos basses vies, je me décide à l’aiguiller vers le plus intime de tous. J’évoque des soucis conjugaux et là, il esquisse un sourire lumineux. Bingo ! J'avais fait mouche ! Il me regarde et ses yeux bleus ternes se recolorent d’azur éclatant. Par cette étincelle de rétine, j’affine et saisis qu’il est bien question de tourments amoureux mais que devant conjugaux, il convient d'ajouter le préfixe « extra ».

Nos deux pizzas sont jetées du bout de la terrasse par notre serveuse peroxydée et atterrissent en glissade aérienne sur notre table. Gérard porte le cul de son verre jusqu’au front et gobe le dernier glaçon alcoolisé de son whisky. Il me sert un verre de rouge et repose lentement la bouteille. Il se frotte les yeux maintenant humides, me fixe désemparé, et dans un souffle saccadé me lance un prénom : « Bar...Bar…Barbara… ». Tiens ! Il est midi.

Les coulisses d’Arnaud – semaine 1

image Le 31 octobre débutait l’aventure du Roman d’Arnaud avec mes deux acolytes, Jean François Gayrard, l’instigateur, le cerveau 2.0 et Gwen catala, le sniper de la littérature numérique. C’est Jean François qui m’a proposé de participer à ce challenge : rédiger un roman sur facebook dans des conditions quasiment live. Dans un premier temps, j’ai pris ce nouveau projet comme les autres jeux d’écritures auxquels j’ai participés. Ce devait être pour moi un divertissement, un plaisir d’écriture, de lecture et de partage.

Le roman d’Arnaud, c’est tout ça et encore plus que ça.

Les coulisses d’Arnaud vont rendre compte de cette expérience de l’autre côté du miroir. Sous la forme d’un journal de bord, je ferais un bilan par semaine de mes ressentis, de nos anecdotes et des moments forts de chaque journée.

Semaine 1 – le lancement.

Vendredi 30 octobre - Je reçois le premier script envoyé par Jean François. Les quatre premières journées et ça commence fort ! Un meurtre étrange le soir d’Halloween doit être raconté en neuf statuts facebook. Nous décidons de l’ordre d’écriture. Gwen depuis la Thaïlande écrira les trois premiers statuts, je ferais les trois suivants et Jean François alias Jeff portera l’estocade finale. De façon naturelle, nous nous mettons au travail. Quelques heures plus tard, la journée 1 est écrite. Etonnamment, nos écritures se calent harmonieusement dés le premier jet.

Samedi 31 octobre Le premier jour ! L’anxiété de chacun est palpable à travers nos écrans respectifs. Jeff, « the brain » m’appelle. Il est speedé et ne cesse de m’interpeller « On est attendu Christophe, on est attendu ! ». Nous fixons le compteur des fans de la page facebook. Trop peut être. 18h30 ici, 00h30 chez Gwen, le premier statut est lancé et trois quarts d’heures plus tard, Damien Vacher, premier fan, est décédé. Paix à son âme.

Dimanche 1er novembre Arnaud entre en scène ou plutôt son univers. Jeff veut installer lentement l’atmosphère dans lequel évolue cet être seul et abandonné. Comme la veille, nos statuts s’enchaînent. Les lecteurs semblent apprécier. Nous sommes excités. Je suis surpris. L’entreprise qui semblait compliquée à se mettre en place coule de source. Nous nous sommes trouvés instantanément sans grands efforts de part et d’autre. Une véritable alchimie est née.

Lundi 2 novembre Le personnage d’Arnaud se révèle. A partir du portrait succinct que Gwen et moi avions découverts dans le prologue (à paraître fin novembre au format epub et iPhone chez leezamStories), nous façonnons notre héros. Arnaud est dans la place, Arnaud s’installe dans nos têtes et se dessine sous nos claviers.

Mardi 3 novembre Nous faisons connaissance avec François Matthieu, le journaliste. Ce personnage important va mener une enquête sur une série de meurtres étranges. Nous délaissons temporairement Arnaud pour suivre les tribulations de ce personnage. Le rythme d’écriture est soutenu. Il me faut les statuts la veille au soir pour le lendemain. Ce qui rend la tâche difficile pour Gwen. Le soir pour moi est le creux de la nuit pour lui. Entre 21h et 22h, je reçois les trois premiers statuts. Il est 4h du matin en Thaïlande.

Mercredi 4 novembre Jeff nous annonce son départ pour Montréal. Demain nous serons trois auteurs d’un seul et même roman éparpillés sur trois continents. Cela ne va pas nous empêcher de dépeindre un nouveau meurtre dont Jean Lou bourgeon sera la victime à la gorge rabotée. Gwen assure les trois statuts de Jeff prisonnier d’un avion dépourvu de wifi.

Jeudi 5 novembre 12h30 à Montréal, 18h30 à Marsilargues et 2h30 dans la brousse thaïlandaise. « La vieille » rentre en scène. Nous détaillons le rituel de la soupe apportée tous les soirs à Arnaud. L’escalier qui mène au grenier, véritable prison, est au centre de la journée. Neuf statuts enfilés sans que le nouveau décalage horaire ne vienne perturber notre cadence.

Vendredi 6 novembre François continue son enquête sur les meurtres en série et s’intéresse plus particulièrement aux rituels et mobiles de tueurs célèbres. Arnaud nous possède complètement désormais. Nos échanges légers sur l’histoire deviennent de plus en plus gore depuis que nous avons raboté la gorge de Jean Lou.

Samedi 7 novembre Une semaine déjà que nous écrivons tous les jours, que les scènes s’enchaînent ! Premier bilan. Le compteur de fans a grimpé. Nous sommes satisfaits de l’interaction avec nos lecteurs. Ce week-end nous allons encore tuer. Une famille entière cette fois-ci. On y prend goût.

 

image

La dolce vita

La dolce vita Je fais désormais partie du clan depuis quelques semaines. Me voilà embarqué dans la « famiglia » la belle à mon bras et en toute impunité, je profite de ses larges avantages : une savoureuse volupté sensuelle d’une part et une délectable insouciance pécuniaire de l’autre. J’ai succombé à la générosité de la famille ; tout en gardant à l’esprit que tout ce qui m’était proposé ne l’était qu’à travers le souci permanent de chérir d’abord leur fille.

Giuseppe et Paolà ne sont pas pour autant les nobles fortunés que j’imaginais. Ces deux italiens pure souche ont francisé leurs prénoms dés leur arrivée en France au début des années soixante. Ils ont traversé les Alpes sans un sou en poche afin de gagner leur vie et se sont installés dans les vallées de l’Isère, s’intégrant rapidement à la population locale.

Joseph a créé son entreprise dans les années 80 et a très vite fait fortune. Son sens des affaires et sa faconde ont rapidement permis d’élever la famille à un rang social envié. Pourtant dans ce foyer, tout est humble. La maison a l’odeur de l’Italie profonde. En hiver, les effluves de la soupe au pistou chatouillent les narines. Les tomates « cœurs de bœuf » du jardin de Joseph donne ses nouvelles couleurs au printemps. En été, La pizza maison cuite au four à bois ravit les papilles et la bonne confiture de la mama réchauffe nos automnes. Au rythmes des saisons, leur ruralité perdure malgré d’ostensibles signes extérieurs de richesse. Fixés au centre comme des socles rassurants, Joseph et Paule forment désormais l’ancrage de ma nouvelle famille.

Notre rêve de virée à deux se concrétise au mois d’août suivant l’examen de passage devant le patriarche. Dans son cabrio, capote baissée et cheveux aux vents, le grand jeu bât son plein. Cap sur St Tropez, capitale mondiale de la frivolité et des apparences. Je découvre un monde fait de paillettes et de strass. Nous profitons des entrées faciles dans les discothèques branchées, avec escorte jusqu’au carré VIP. Nous abusons du voiturier, élevé aux serviles courbettes, qui gare notre auto au plus prés de la plage privée. Nous exultons devant l’extraordinaire privilège de déjeuner à la table des starlettes du moment. Notre déraison est fascinante. Le monde beau et nous en sommes le centre.

L’escapade tropézienne comme la suite de notre vie seront du même type. Légers, aériens, insouciants, arrogants, dédaigneux, nous surfons sur notre belle jeunesse dorée. Seuls les obligatoires week-ends à « la casa di famiglia » nous rappellent d’où nous venons. Seuls Joseph et Paule, malgré leur réussite sociale et leur fortune soudaine, savent encore nous faire retomber sur terre. La « dolve vita » qu’ils sont heureux de nous offrir se heurte souvent à nos habitudes d’enfants gâtés, pourris, tarés qu’ils ont eux-mêmes engendrées. Ce paradoxe mettra en évidence cette ambiguïté au fil des années et cultivera le trouble dans mon esprit jusqu’à la fin de cette histoire.

La Dolce Vita - Trevi Fountain Scene

La dolce vita postée par Mr M.


La petite cuillère

image [ L'arena di bella ragazza ] Je suis là, planté, intimidé dans cet immense hall. Sur le sol, un marbre massif et éclatant, quelques marches devant moi et un large couloir agrémenté d’un long tapis d’Orient s’ouvre comme un chemin de fer. La « mamma Paola » m’invite à entrer et tente de me mettre à l’aise. Ma belle s’est enfuie dans une des pièces du dédale familial. Je suis le mouvement et me retrouve dans la cuisine. Sont présents ma future belle sœur Marie, mon futur beau-frère Paul et le « parrain du clan » au bout de la table de la cuisine. Il lève les yeux vers moi, son regard froid contraste avec la chaleur immédiate de son épouse.

Paola me prie de m’asseoir et me propose un café. J’accepte et m’installe timidement à la table familiale. La belle a disparu et je suis désemparé. J’aurais aimé qu’en pareil moment, elle soit à mes côtés. Paul prend la parole et à son tour tente de me rassurer. Il me parle de choses futiles, de la pluie et du beau temps. A cet instant, l’assemblée sent mon angoisse. Pour eux, l’épreuve s’avère tout aussi délicate. Lui, le patriarche Guiseppe, ne bronche pas. Les yeux fixés sur la table, les mains jointes, le visage impassible, il est aussi glacial et beau que le magnifique marbre qui l’entoure. La cafetière italienne en inox siffle et indique à la maîtresse de maison que le nectar est prêt à servir. Nous sommes désormais têtes basses sur nos tasses à remuer notre petite cuillère pour dissoudre le sucre et par la même cette ambiance suffocante. La belle rapplique, faussement joyeuse et détendue. Son expression change rapidement devant le tableau. Elle s’assoit et rejoint le cérémonial du touillage de café. Les cliquetis des cuillères en argent dans les tasses en porcelaine forment un concert minimaliste. La situation est tout aussi minime en paroles qu’elle est forte en émotions sourdes.

Il est l’heure du déjeuner. Nous n’avons pas bougé. Il n’y a que la « mamma » qui s’active à débarrasser les tasses et mettre le couvert. Je suis là depuis une heure, une éternité et il n’a toujours pas décroché un mot. Les marmites frémissent, les odeurs sont alléchantes et la discussion s’enclenche enfin sur nos goûts culinaires respectifs. Chacun y va de son plat favori détaillant avec plaisir le mets qui ravit le plus nos papilles. Le repas commence. Quelque peu embarrassé, je fais attention à mes gestes et à ma tenue à table. Je repense à ma bonne éducation et m’efforce de toujours commencer mes phrases par « s’il vous plait » et les finir par « merci ». Dans mon excitation de l’instant, la fourchette m’échappe, ripe sur mon assiette et tombe au sol. Elle rebondit dans un bruit strident insoutenable. Je suis confus, m’excuse à plates coutures alors que la fratrie s’élance sous la table pour rattraper au vol l’objet de ma bévue. Le silence qui suit est interminable.
Guiseppe lève la tête de son assiette fumante et esquisse un sourire dans ma direction, premier signe direct qu’il m’adresse. Je croise son regard austère.

Le repas se termine de façon plus conviviale. Il ne me parle jamais directement mais m’écoute attentivement. Je passe mon examen d'admission, j'en suis conscient. La « mamma » est adorable d’attention et d’empathie. Paul et Marie sont également au petit soin. La belle oscille, elle, entre l’emprise de son père et la décontraction feinte du reste de sa famille. Entre le fromage et le dessert, il allume un long cigare en forme de barreau de chaise. Il se tient désormais debout prés de la fenêtre soufflant vers l'extérieur ses volutes de fumées. Il est de taille moyenne, légèrement bedonnant mais se dégage de cet homme un charisme exceptionnel. Il fait taire la discussion désormais animée et prend, solennellement la parole de sa voix grave et nasillarde :

« Bienvinou christopho, mainténant tou fé partie dé la famiglia ! »

Mon beau père et moi

L’arena di bella ragazza

image [ Une virée à deux ] Nous roulons depuis vingt minutes sur la route des plages. Une grande ligne droite limitée à 90 km/h. Fendant l’air, nous approchons de la maison familiale. Plus que quelques virages, droite, gauche, et nous voilà dans un chemin de terre cabossé. Étrange ! Je n'imaginais pas le décor comme cela. Des terrains vagues tout autour, nous roulons au pas pour ne pas abîmer le carénage trop bas de l’auto. Quelques centaines de mètres et nous stoppons devant un portail blanc orné de deux grands poteaux en pierres sur lesquels deux tourterelles statufiées semblent nous guetter d’un mauvais œil.

Elle fouille dans le vide-poches et sort une mini-télécommande pour ouvrir le portail. Une pression sur le bouton rouge et les battants s’ouvre sur « l’arena ». La classe ! Là, je découvre une allée carrelée de pavés ocres et bordée de petits buis taillés étonnement à la Française. Nous avançons et je découvre le jardin luxuriant, que dis-je, le parc aux milles couleurs. Le vert épais de la pelouse fraîchement tondue côtoie le rouge foncé des cerisiers gorgés de fruits. Les massifs de fleurs orangés et roses ostentatoires tranchent vivement sur le simple bleu du ciel. Mais où suis-je ? Cette allée n’en finit plus. Je la regarde sans mots. L’angoisse me gagne peu à peu.

Pour me décontracter, elle pose sa main sur ma cuisse et cherche la mienne. Je garde mes mains serrées entre mes jambes ; elles sont moites et le reste inadéquat. Prêt à accepter son soutien, je les délie et viens rejoindre la sienne errante désormais sur le boîtier de vitesse. Une boule dans la gorge comprime ma respiration. Nous arrivons enfin sur une large place parée d’une grande fontaine en galets sur laquelle ne manque qu’un rond point à priorité à gauche. Elle tourne brusquement à droite et s’engouffre dans un garage. Dans l’obscurité de l’écurie de la bête, je la prends dans mes bras et la serre très fort. J’évoque pour l’énième fois mon appréhension. Elle me rassure à nouveau sur l’amabilité de tous ses parents présents ce dimanche. Elle omet toutefois de mentionner la mansuétude de son père…

Nous descendons de l’auto. Elle ferme d'un coup de pied le portail du garage. J’aperçois alors en haut de la place, perchée sur une colline artificielle, la « casa di bella ragazza ». C’est une battisse énorme contemporaine avec toit terrasse d’environ trois cent mètres carrés au sol. Entourée d’une multitude de baies vitrées scintillantes, elles renvoient l’image du soleil à son zénith. Époustouflant spectacle ! Nous gravissons la vingtaine de marches du large escalier extérieur pour atteindre la porte d’entrée. Sur le palier, ma main se contracte dans la sienne. La chaleur est étouffante, ma glotte gonfle et je déglutis difficilement. Il faut que je me reprenne. Je redresse mon torse, arrange mes cheveux, époussète mon jean et frotte mes mocassins contre mes mollets afin qu’autant moi que les glands, nous soyons les plus convenables possibles. Elle me prend par la taille, me caresse le visage ruisselant de transpiration et nous pénétrons dans le hall.

« Christophe !!! Ciao, piacere di fare la vostra conoscenza, sono la mamma! ». Gloups !

Une virée à deux ?

Une virée à deux [ Le cabriolet ] Et parce que je l’aime, mon sentiment de victime s’estompe très vite. Elle vient me rejoindre, me roule des yeux et m’emporte à nouveau vers des contrées inexplorées. Sa simplicité, sa douceur et son sourire émanant de toute son être ont raison de mon dépit de l’instant.

Elle m’aime aussi, je le crois. De roucoulade romantique au bord de l’eau, de frissons enivrants en virée à deux sous le soleil dans son automobile tels des « lilicub », nous sommes en route pour notre voyage périlleux en Italie. En définitive, de la célèbre botte, nous n’avons vu aucun détour mais le périple a bien eu lieu, au cœur de sa famille bergamasque d'un côté et sicilienne de l’autre.

Nous avons maintenant atteint un degré d’intimité suffisant pour parler de projets à long terme. Nous rêvons de voyages vers des lieux à la mode où nous pourrions exercer notre charme de jeune couple crédule. Impatient de passer du rêve à la réalité, je provoque des plans, les mets en place, pose des dates, des lieux. Tout un roman. Elle reste enthousiaste mais les choses évoluent peu.

Ce soir là, au clair de lune,  nous sommes allongés  dans son cabriolet. Une fois la chose accomplie, je l’interroge sur sa réticence. Son visage d’habitude si radieux se voile et elle m’avoue éprouver des difficultés avec sa famille. Elle me brosse le portrait de son pater familias : rustre, protecteur à l’excès, vindicatif et colérique. Je l’écoute s’énerver. Je suis étonné par les termes qu’elle emploie. Elle finit par se calmer et les yeux humides, conclue en me disant qu’avec tout ça, elle n’est pas prête à partir en idylle estivale avec moi.

Je reste perplexe sur ses révélations. Je trouve un décalage flagrant entre l'idée que je me fais de ses parents et  l’univers familial qu'elle me présente. Nous en restons là pour l’instant. Arrive le début de l’été et errer pendant deux mois entre mon village et le sien ne m’intéresse guère. Il faut que je bouge et si je bouge, c’est évidemment avec elle. Je relance alors la discussion et lui demande d'insister auprès de son père, quitte à le rencontrer pour lui prouver que sa fille n’est pas dans les mains d’un voyou ou autre animal lubrique. Attendrie par ma proposition, elle accepte ma démarche. Certainement, n’attendait-elle que cela.

Nous avons choisi un dimanche pour faire les présentations d’usage. Le rendez-vous plusieurs fois reporté est enfin arrivé. Ses parents attendaient le bon moment et, surtout, voulaient-ils s’assurer de la solidité de notre couple. Je me prépare depuis tellement de temps que la pression de l’événement réussit à me déstabiliser. J’appréhende le tête-à-tête avec « le parrain sicilien » diabolisé par sa fille. Elle vient me chercher chez moi et me découvre endimanché pour la circonstance. Les cheveux  courts, collés de gel extra-strong, le polo imitation Lacoste, le jean 501 tout neuf, et mes fameux mocassins à glands. Le look du gendre parfait. Je suis fin prêt pour l’entrée dans « l’aréna di bella ragazza ».

Le cabriolet

[ Bella ragazza ] Quelques semaines se sont écoulées et je nage dans un bonheur absolu. Et c’est alors que des idées saugrenues m’envahissent. Des filles, une fille, une femme, ma femme : une progression évidente me mène jusqu’au tapis rouge déroulé devant l’autel. J’entends même la célèbre marche nuptiale. Cette pensée me réjouit autant qu’elle m’affole. « Doucement, garçon ! », semble me dire ma voix off. Je freine mon entrain et revient à une attitude plus raisonnée. « Le cœur a ses raisons que la raison ignore ». Va de retro Blaise ! C’est trop tôt.

Entre temps, la vielle guimbarde de « future-peut-être-belle-maman » a fini sa vie tristement dans une casse au bord de la méditerranée. Je retrouve ma dulcinée, belle et enjouée comme à l’accoutumée, au pied du grand escalier, Elle me prend la main et m’intime de la suivre sur le parking face au lycée. Là, elle me fait découvrir sa nouvelle voiture, une rutilante cabriolet blanche à capote crème. Je suis estomaqué ! Elle, est ivre de joie. Elle me fait pénétrer dans l’auto, encense la couleur des sièges en cuir blanc, passe passionnément sa main sur le volant gainée de la même peau de vache mais noire. Elle met le contact, fait vrombir les chevaux et éclate de rire en laissant échapper quelques cris stridents. Hystérique, la bella ! Je la découvre excitée comme une bête, à rendre jalouses mes phéromones pourtant irrésistibles.

Bref, un peu éberlué, je partage sa joie et nous partons faire un tour, toute capote baissée. Cheveux aux vents, je profite de la situation pour frimer largement sous mes lunettes noires. Elle enchaîne les rond-points, frôle les trottoirs et pousse les vitesses à leur maximum. Le bolide file sur la voie rapide et sa crinière brune aérienne lui donne une allure hollywoodienne. Elle jubile, monte le son de l’autoradio et se met à chanter à tue-tête le dernier titre des Innocents, « un homme extraordinaire ». Nous sommes bien dans l’instant des innocents extraordinaires.

De retour devant le lycée, les yeux se braquent sur le couple « hype » du moment. La honte m’assaille tandis que la belle se pavane devant un parterre de fans transis. Un attroupement d’une dizaine de personnes scrute l’engin sous toutes ses coutures et chacun place son éloge suprême, gargarisant de bonheur ma compagne. Je m’écarte discrètement et regarde le manège assis sur les marches de l’entrée principale. A ne pas en douter, je suis jaloux. Je la toise du regard mais rien n’y fait, elle ne me calcule plus. Frustré, je grimpe les marches deux par deux et me réfugie seul dans la salle d’études.

Je découvre ce jour là une sensation assez étrange que je contrôle mal. Je me sens inférieur, socialement amoindri. Je suis meurtri dans mon amour propre, mon ego est froissé. Il va falloir que je compose finement entre un amour certain et un orgueil mal placé, entre une admiration profonde et un sentiment d’infériorité tenace.

bella ragazza


J'ai vingt et un ans. Elle, dix-neuf. Je suis amoureux, c’est indéniable. Je la regarde tout le temps, l’admire même. Elle est vive, souriante, intelligente, raffinée, légère, gentille, attentionnée. Je ne taris pas d’éloges sur elle et toutes les épithètes flatteuses se jettent de ma bouche, de mes yeux et allez - soyons fous - de mon cœur. Dithyrambique !

Nous sortons ensembles désormais, et son rayonnement n’a d’égal que l’ensoleillement qu’elle provoque dans ma vie. On se retrouve tous les matins devant le lycée, fébriles et heureux. Je l’attends sur les premières marches de l’entrée et j’imagine la tenue qu’elle va porter. Je me souviens de ce fin chemisier blanc légèrement dégrafé flottant au-dessus du vallon de sa poitrine. Je vois encore ce pantalon stretch arrondir ses courbes et galber ses fesses. Je sens encore l’odeur de son parfum délicat et sophistiqué titiller mes narines. J’entends toujours le cliquetis de ses escarpins beiges et marrons qui lui dessinent un démarche gracile aux pieds pudiquement découverts. Les sensations sont vives et chaudes. La retrouver chaque jour ajoute un nouveau lot d’émotions.

Elle arrive. A cinquante mètres des marches, son visage esquisse un sourire . Et plus elle se rapproche, plus ses pommettes se gonflent pour, une fois plantée devant mon nez; me laisser découvrir ses dents blanches éclatantes. Je saisis alors ses lèvres pulpeuses, les entrecroise au miennes et salive le premier baiser du matin. Nous passons la journée ensemble, voisins de pupitre à chaque cours. Les professeurs, au début méfiants, s’attendrissent désormais, sur ce qu’il faut bien nommer, le couple de l’année, voire de la décennie !

Le week-end, nous nous voyons peu. Trente satanés kilomètres nous séparent. Je n’ai pas encore de voiture. Alors, elle emprunte de temps à autres la vieille guimbarde de sa mère et viens me rejoindre. Elle déboule dans mon village et attise tous les regards. La citadine débarque et les têtes tournent. Je n’en suis pas peu fier. Pourtant, cette immersion soudaine dans ce monde de brutes épaisses la gêne. Elle ne se sent pas dans son élément et je fustige quelques-uns de mes camarades afin qu’ils reviennent à des postures de gentilshommes. Une fois la glace brisée, elle s’insère rapidement dans notre groupe. La « bella ragazza » entre dans ma vie pour de vrai, pour de bon.

facebook : Le roman d’Arnaud – C’est parti !

Le roman d'Arnaud - la couv

Le roman d’Arnaud, expérience d’écriture 2.0 sur Facebook, débute ce soir à 18h30.
Tout au long de la soirée d’Halloween, nous allons posté 10 statuts de 420 caractères. Préparez-vous, installez vous confortablement, fermez vos portes et volets, et couchez les enfants : ça va saigner !

En exclu pour les blogs, voici le synopsis de l’histoire la plus web 2.0 de votre vie :

Réfugié depuis son enfance dans le grenier de sa grand-mère, une vieille femme acariâtre, Arnaud cache sa laideur aux yeux du monde.
A l'abri du regard des autres dans sa forteresse d'encre et de papier, passionné par les livres et la lecture, Arnaud vit sa vie par procuration, en s'identifiant aux héros des romans qu'il lit et relit inlassablement. Il ne sort jamais de son grenier, sauf pour aller rencontrer un vieux libraire intriguant avec lequel il s'est lié d'amitié et qui lui suggère à chaque fois de pertinentes lectures. Mais plus les jours passent et plus Arnaud se rend compte que ses lectures et ses livres ne suffisent plus à apaiser sa solitude qui le ronge de l'intérieur.
L'âme en peine, le jour de son 30e anniversaire, Arnaud se rend chez son libraire qui va lui offrir un livre aux pouvoirs étranges. Arnaud va vivre alors une expérience qui va changer le cours de son existence et semer la terreur, malgré lui.
Le Roman d'Arnaud, c'est l'histoire d'une transformation intérieure et extérieure spectaculaire qui incite le lecteur à réfléchir sur les thèmes de l'enfermement, de l'insatisfaction, le jeu des apparences, de l'être et du paraître, des peurs face aux changements et aux remises en question qui rythment nos vies.


Avertissement:
Nous tenons à informer les futurs participants à cette expérience de lecture numérique 2.0 que nous ne serions, en aucun cas, être tenus pour responsables des conséquences de ce que vous lirez. De même, nous vous suggérons de réfléchir à deux fois avant de penser ou d'écrire du mal sur autrui. Nous vous rappelons, également, que les gousses d'ail, crucifix, flèches d'argent et autres talismans, bien que non fournis, sont fortement conseillés tout au long de cette expérience.
Fin de l'avertissement.


Les trois auteurs
Jean-François Gayrard, le cerveau 2.0 de cette expérience de lecture
Gwen Català, le metteur en mot 2.0 et en image
Christophe Sanchez, bloggeur impénitent et faiseur de phrases 2.0

Je tiens d’ores et déjà à remercier tous ceux qui ont cité et relayé cette aventure depuis le 06 octobre : Nicolas, Gaël, Dedalus, Le lecteur hypothétique, Sylvie, Blog du modérateur, Numerikbook, Hélia le blog, Aldus, ebouquin, daily-tube, Actu-litté et bien sûr Leezam Stories qui éditera le roman d’Arnaud au format iPhone et epub courant novembre. Il convient bien évidemment de rajouter les retwitteurs et partageurs facebook, vous vous reconnaitrez… Merci à tous !

Je veux suivre Arnaud